Des textes sur les mots

  • Le Vécu quotidien

    Le vécu quotidien

    Un truc qui m'arrive, là j'ai changé de pulls
    Celui-là que je mets aujourd'hui, Il est bien plus chaud
    et moi vous savez, cette différence, ben ça me plait bien
    et je n'ai plus ce froid latent avec des mains froides
    Une chose commune, qui était plutôt mal vécue par moi
    Mais que du bien-être, qui est à vivre maintenant dans cet hiver,

    Bruno Quinchez Paris le 20 février 2021

  • Des goûts et des ....

     

     

     

     

    Des goûts et des...

    Il  y  en  a....
    Qui aiment l’orgue...
    Il en est d’autres...
    Qui aiment l’accordéon...

    Ce ne sont pas les mêmes...
    Qui aiment l’orgue...
    Qui aiment l’accordéon...

    Imaginez! Un orgue...
    Dans une valse... Musette...
    Un accordéon!
    Dans une  église... Triste...

    Bruno Quinchez (Morsang sur orge le 2 octobre 1989)
    copier coller sur mon site le 4 juin 2020

  • Une Virgule...

     

     

     

    Une virgule...

    Une virgule que j’écris dans le ciel, Là ! Tout près d’une étoile
    Je sais ! C’est ridicule, mais pas plus qu’un trou noir existentiel
    Ou une Lune soumise aux caprices des hommes d’argent
    Dans le ciel s’écrivent nos vies, celles qui viendront demain

    Et si je sais que je ne trouverais que moi-même tout là-haut
    Tous les rêves dorés des boursiers, ces vampires d’aujourd’hui
    Je ne sais s’il y a des anges ou des démons tout là bas ?
    Nous sommes suffisamment intelligents, pour les inventer

    Nous échappons à l’enfer, et nous échappons aussi au paradis
    Car nos rêves sont ceux du confort et des plaisirs tarifés
    Nos rêves d’immortalité qui se contentent des vampires
    Nos rêves qui sombrent dans toutes les jouissances; de l’instant

    L’infini est un concept d’horizons, nous avons bien une limite
    Et cette limite, ce n’est que celle, de toutes nos croyances
    Nous ne croyons plus hélas que tout il soit possible, ça non !
    Car nous avons fait de la science une vérité éternelle

    La science, elle nous dit des horreurs sur notre avenir
    Que nous allons finir dans un trou noir ou un désert
    Et que l’univers, il n’entendra pas nos cris dans le noir
    Il n’y pas d’espoir d'avenir pour cet univers sans lumière

    Aimer la lumière d’un Dieu ou d’un soleil qui brille
    Je sais seulement que la raison, elle est trop raisonnable
    Et que jamais cette raison, elle n’envisage sa vraie fin
    Il n’y a pas plus déraisonnable, que la raison des savants

    Et j’écris cette petite virgule dans le livre de la vie
    Une petite virgule un peu ridicule, entre deux mots toujours très importants
    Comme aimez-vous, et aimez aussi toutes ces choses qui vivent
    Il y a dans le ciel, une virgule qui rigole comme une baleine

     Bruno Quinchez Paris le 30 octobre 2012  et retravaillé le 8 avril 2020

     

  • Une supression de textes trop longs

    Une suppression, de textes trop longs

    Voilà j'ai décidé, et cela à cause de ma part d'un vrai agacement
    à la lecture de plusieurs de mes textes  que je trouve beaucoup trop longs
    Je décide donc de supprimer tous les textes qui dépassent les trente lignes
    Ou s'ils sont trop denses dans le format de textes plus classiques
    je ne sais pas si il ya des gens qui voudraient les retrouver
    alors vous êtes intéressé par ces textes que j'ai ôtés de mon site
    vous pouvez me laisser des message concernant ces suppressions
    Je verrais ce que je peux faire de ces textes que j'ai enlevés

    Bruno Quinchez Paris le 15 mars 2020

    Pour les retrouver.... Allez sur ma référence de site

    Des Textes Plus Longs

  • Assonnances en I

    Assonances en i

    L'ibis d'Egypte, il nidifie aux bords des rives du Nil
    Le fils de Néfertiti, le petit Séti c'est son ami très gentil
    Séti convie les petites filles, très libre avec sa manière de rire
    Quelques délires, quelques lumières et des dieux d'empire

    Le ciel se mire dans la mare où ils naviguent sur des esquifs
    Quelques chiens qui crient et qui se déchirent pour des petits riens
    Ils n'ont pas de plaisir à donner mais juste quelques petits désirs
    Isis tient le miroir tandis qu'Osiris, il écrit quelques hiéroglyphes

    Des singes grimpent sur les palmiers dattier et ils crient
    Séti se dit qu'un jour il ira, dans le fleuve immense du Nil
    Et qu'il y péchera quelque anguilles et des sardines très grises
    Un temps d'avenir si précis où il ira voir ces choses qu'il s'est promises

    Sur ce plateau de Guizèh des myriades de gens efficaces construisent
    Un maitre d'œuvre dirige et conduit des cohortes de captifs africains
    L'histoire n'oublie pas les pyramides...Qui donc se souvient de ces vies finies ?
    J'étais un idiot idéaliste, et j'y mettais ainsi toutes les allitérations en i

    Paris le 22 janvier 2019

    à savoir c'est un petit défi que je m'étais promis
    en voyant dans mes références de blog ce titre

  • Des anagrammes

    Des anagrammes

    En Chine, un chien dans sa niche
    Tandis qu'une poule, elle loupe son envol
    Un dragon qui  pèche des gardons

    Un riche qui se fait chier, il triche
    Mirage ou rimage ? Image de Magie
    Salves de valses, dans les vals

    Paris 28 décembre 2018

     

  • "Je" de Meaux

    "Je" de Meaux

    Paysan abrupt d'une terre prospère de l'île de France
    Je rêve parfois très loin et cela en dehors de mes labours
    Et quelques fois alors j'évoque en moi de beaux amours
    Comme des pays lointains, situés dans des mers lointaines

    Je sais des îles désertes, avec des femmes toutes fleuries
    Entre des fleurs de Tiaré, et des petits riens de mes amours
    Ces dames lointaines, ce sont des reines qui sont sans maître
    Elles vivent sous un soleil chaud qui les éclaire et qui les aime

    Moi Je suis un lot séant, entre des riens et des rêves
    Tout aux bord de l'océan, avec ses vagues renouvellée
    Dans une Gyre tournoyante et sans limite dans cette mer,
    Vertige d'une vie et dun retour parfois sans la faim

    J'ose plonger dans tous les poiscailles gris de la mer
    Où je suis ce navigateurn si rare et aussi tellement gourmand
    Je suis cet orpaileur entre des petits riens et des grands charmes
    Il n'y a pas de la jalousie, mais juste des fleurs qui sont à ceuillir

    Ma biroute de Rome et ma salière, toute maritine et Antillaise
    Je sentais bien en elles, ces fanstames, de femmes libres et si fières
    Et je m'abreuvais et me saoulais, de leur petites recettes de Punch
    Entre des délices de l'anis vert et le choix des sucres candis

    Petite dame ! Où était donc passé le copain Bibi ? Le poète !
    Je savais des vers de Rome et aussi de ces verres si vides
    Les camaieux tous bleus, un bouquet de ces fleurs exotiques
    Que j'offrais sans façons, à la marquise de Tout Là-Bas

    Tandis que monsieur Vendredi, toujours très sérieux, il me racontait
    Tous ses trucs très tristes, ou plutôt parfois marrants, c'est selon
    Je pensais à tous ces navigateurs, qui sont là-bas dans de hautes mers
    Dans une traversée entre solitaires, sans jamais voir une seule femme

    Je ne savais plus si j'étais un Lot qui soit désiré, dans cet océan
    Je captais des ondes sensibles, dans un ciel qui était encore très bleu
    Je ne savais pas toutes les tempètes de saison, ni les viloent cyclones
    Je n'étais que solitaire dans un Paris qui reste plutôt froid

    Mais je savais de ces soleils chauds et lointains, ceux que j'aimais
    Les cieux que nous rêvons, ils sont plus beaux que notre réel
    Et quelques fois, nous inventons un monde qui est plus lumineux
    Tandis que je savais aussi des amis qui sont beaucoup trop lointains

    Oublions donc cette affreuse guerre de 1914-1918 et tous ses morts !
    Voyageons dans un monde qui soit beau ! Et vivons sans cette horreur !
    Alors naviguons sur l'océan et nous arrivons là-bas aux Antilles
    Sans voir de cadavres qui ne soient autres que des bouteilles de Rhum

    Paris le 9 novembre et 10 novembre 2018

  • Un truc que j'avais fait en 2002 sur les divers matériaux et leurs contacts

    Contacts avec des matériaux, toucher, odeurs, couleurs, textures…

    Peau et cuir

    Peaux parfumées… Peaux pleines des odeurs du désir…Peaux de femmes… Désirables petits seins roses…Peaux d’hommes… Toucher râpeux… Barbules avant rasage…Peaux de bébé… Douces et soyeuses…A lécher… De la crème Chantilly…Peaux de vieux… Fines… Fragiles comme du parchemin…Cuir sado-maso… Fouet de super maîtresse…Cuir d’intérieur bourgeois… Canapés devant Télé…Cuir et Fourrure... Peaux des Bêtes... Modes... Écologie... Cuir de moto… Cuir des berlines…Cuir confortable…

    Bois...

    Chênes durs… Nervures de planche à bâtir…Sapin odoriférant… Sentir le sapin… Être mortel…Acajou… Teck… Bois du Brésil… Laque sur meubles... Odeur de résine… Odeurs balsamiques des pins…Bois de Santal... Bois de Rose... Odeur de bois brûlés...Bois de cèdres... Cèdres du Liban... Séquoia d’Amérique... Odeurs des fleurs de magnolias… Souvenirs d’enfance…Odeurs de cyprès… Bois d’œuvres… Bois de Justice...Bois de Marine... Forêts de Richelieu, Chênes centenaires...Bois contre-plaqués…Meubles de quatre sous… Récupération pour pas chers… Pas solides

            Métal…

    Aciers brillants ou mats… Traces de rouilles… Rails de trains....Aluminium matis… Oxydation grise d’alumine…Vieilles casseroles en aluminium qui se tordait...Bronzes… Paliers d’appareils électriques… Statues des femmes de Maillol… Tuileries.. .Inox... Matériaux modernes... Difficile à travailler... Cuisine... Cocotte... Casseroles... Modernité Oxyde de fer… Rouille… Oxydes de cobalt… Bleu intense... Peintures… Van Gogh… Les impressionnistes… Les fauves... La grande  Guerre… Acier des armes… Acier… Krupp… De Wendel… Guerres du passé… Barons de l’acier

    Verre...

    Immeubles New-York… Manhattan… Twins-Towers... Transparence et fragilité… Fibre de Verre… Diamant... Dureté... Raideur... Souplesse… Raide comme une tige de verre… Verre cassé et coupant… Éclats de Verre... Matériau dur à travailler… Miroirs… Versailles… Galé…Cocktails… Verre à champagne… Veuve Clicquot… Transparence du verre… Optique… Arc-en-ciel… Photographies…Travail avec la lumière… Vitraux… Chartres… Mystiques... Glast-Nost… Michael Gorbatchev… Russie… Tchernobyl... Pax Aeterna… Pax Romana… Pax America

    Céramique…

    Glaise humide qui colle aux doigts… Boudins…Colombins… Freud… Contacts de la matière...Formes féminines… Plaisir divin… Plastique de la matière....  Le Golem… La première femme... Bible… Jarre… Vase… Utérus et pots à eaux... Émotions… Surprises alchimiques… Hasard et Destin… Formes jamais pareilles… Toujours différentes... Formes fabriquées et palpées...Tours du Potier… Tour de Fraiseur… Contacts Charnels... Matière et Formes… Création… Ève… Cote d’Adam… Formules chimiques… Céramique…  Céladon… Porcelaine…Artiste… Artisan… Mon frère Gérard Potier...  Production… Plaisir

    Bruno Quinchez Paris le 4 décembre 2002

    Contacts avec des materiaux diverscontacts-avec-des-materiaux-divers.mp3 (815.71 Ko)

  • Poème banal

    Poème banal

    Il bouchait les trous de ses phrases avec des mots tous banals
    Vous savez de ces mots qui sont extraordinairement communs
    Comme s’il n’y avait jamais des mots qui ne soient pas bancals
    Mais je ne savais pas lesquels de ces mots, tous ceux qui restent anodins

    J’étais un veilleur de nuit, tout réveillée dans un jour très ensoleillé
    Et je ne savais pas, ce que là et maintenant, je devais surveiller
    Peut être devrais-je dire que le jour banal qui venait, il était bien là
    Tandis que je savais aussi de ces nuits, où moi ! Hélas j’étais bien las

    Je ne savais pas sous quelle latitude,  sur cette Terre il était minuit pétante
    Je savais seulement des bavards... Là en bas qui causaient dans le café
    En prenant un bon café et une petite chose sans doute bien nourrissante
    Personne n’avait peur du temps passé et la bière coulait pour un assoiffé

    Hier était hier, aujourd’hui est aujourd’hui, un temps si différent
    Peut être le veilleur de nuit, il se sentait beaucoup trop indécent
    Il connaissait des nuits si ardues avec des violences et des désirs
    Mais il ne jugeait, ni les jours, ni les nuits mais il voyait le plaisir

    Petits enfants de l’après-midi !  Saviez-vous ou vous étiez avant de naitre ?
    Le veilleur, il sait le moment où étiez avant que vous soyez prêt à apparaitre
    Vous savez la nuit est pleine de secrets et le jour reste une vie toute partagé
    Le soleil se couche le soir et la nuit qui avance, Mais qu’avez-vous envisagé ?

    Paris le 29 juillet 2018

  • Essais de rapprocher les mots

    Essais, de rapprocher les mots

    Amour, à Mort, amortir
    Brouillards, Braillards bavards
    Cadres, carrés d’as, choix
    Cyniques, chiens, sycomore

    Délirer, désirer, aimer, rimer
    Ivre, livre, vivre, enivre
    Maitre, mètre, Master
    Mourir, pourrir et fou-rires

    Musiques, modes nodaux
    Papavers, pervers pépère
    Patient, passion, passage
    Police, politesse, politique

    Savant, savon, savoir
    Silences, sentences, sérieux
    Sourire, soupirs souffrir
    Vérité, vérifier, revérifier

    Paris le 25 mai 2018

     

  • Premier janvier 2018

     

    Premier janvier 2018

    En cette nouvelle année j'ai mangé dix huitres
    Et  pour l'année prochaine ? Là ! Je goberais dix œufs
    Et en deux mille vingt,   vous savez ça sera vraiment divin
    Pour après je ne sais pas trop  ce que sera le petit festin

    Paris le premier janvier 2018

  • Vouloir ? Écrire ?

    Vouloir ? Écrire ?

    Vouloir un monde plus juste
    Qui serait meilleurs que les autres
    Ecrire  tous ses rêves sur le papier
    Pour essayer de le dire aux autres

    Vouloir le paradis,  
    D'abord pour soi-même et quelques élus
    Et abandonner tous les autres
    Parce qu'ils le ne veulent pas
    Ecrire de lois qui condamnent,  
    Tous les impies qui vous résistent

     

    Vouloir établir l'empire de sa propre vérité,
    Et l'imposer par la force
    Un petit enfant qui reprend tout
    Dans les débuts du rêve à établir

    Vouloir un monde qui soit doux,
    Cela sans les rêves des conquêtes
    Ecrire des choses simples
    Et qui soient inébranlables
    Par tous les pouvoirs

    Vouloir rester un doux,
    Écrire dans le marbre,
    Toutes les certitudes partagées
    Et des enfants de salaud
    Qui connaitront enfin cette vérité  très douce

     

    Vendre la recette
    À savoir comment faire de l'or
    Avec un rien qui est donné
    Crier, Chanter ou psalmodier des chansons
    Qui seront enfin aimé par tous

     

    Ne plus écrire cette Histoire incroyable,
    Où nous avions toujours le plus beau rôle
    Voyager dans ce monde,
    Avec des choses diverses et variées
    Et toutes différentes

     

    Faire confiance à son propre regard
    Et douter des images
    Plusieurs fois multi diffusées
    Enfant j'étais un rêveur,  
    Je ne suis devenu
    Qu'un vieux Ronchon qui doute de tout

     

    Pour Dieu ? Je vous dis :
    Il est partout, il est aussi en vous
    Comme celui-là qui est en moi
    Je sais des mondes
    Qui seraient  vraiment meilleur,
    Sans certaine folies humaines

     

    Je sais l'incroyable
    Mais je sais  aussi ce qui est bon
    Et ce qui est mauvais pour vous
    Le bien commence avec l'autre
    Et le mal il commence avec le manque

     

    L'autre n'est ni bon ni mauvais,  
    Mais c'est sa concurrence  entre tous
    Qui le rend  méchant
    Le dualisme c'est une grosse connerie,
    Il n'y a pas que nous les bons
    Et les autres  qui sont mauvais

     

    On peut résumer toute notre Histoire
    Et ces guerres à ce paradoxe entre eux et nous
    J'ignore demain ce que la Terre sera ...
    Peut être est-il bon de rester sur la Terre

     

    Si nous voulons aller loin,
    Nous devons apprendre à vivre,
    Avec cet autre de Là-bas
    Parmi les espèces  extrahumaines
    Il y a déjà pas mal de monde sur notre Terre
    Quelle est donc la pensée d'une baleine
    Et celle d'une toute petite fourmi ?

    Paris le 27 décembre et mise en page du 28 décembre 2017

    Le même texte lu par une machine

    La machine Astread (voix de Thomas)

    Vouloir ? Ecrire ?vouloir...ecrire... mp3 (460 Ko)

     

  • Questions sur l'usage de la dialectique

    La dialectique ! Qu'est ce que c'est ?

    Ce midi en écoutant ma radio France Inter il y avait un débat sur le capitalisme et y aurait-il une alternative ? Tout le débat était intéressant jusqu'à ce moment où est intervenu ce mot "dialectique"... Quezaquo que "la dialectique" ? C'est y donc qu'il n'y a pas d'autres choix que le mien qui est bon, et celui de l'autre qui est forcément mauvais.On appelle cela "la dialectique" !

    Je trouve ce choix assez primaire, car dans notre monde nous devons faire plusieurs choix pour diverses choses, et il n'y a pas que la lutte des classe et le capitalisme, il ya aussi des réalités comme l'écologie et toutes les vies, nos libertés qui n'ont rien d'économique...

    Plutôt marre des clichés ! Je ne fais pas comme tu veux!  Et alors ? J'ignore si ce que qui est bon pour vous et si cela l'est aussi pour moi ! Je n'ai jamais été soutenu ou aidé par des communistes marxistes car j'échappais à leurs normes idiotes de classes...

    Les écolos ils sont bien gentils, mais j'aimerais assez qu''ils fassent vraiment de la politique et non pas tous ces délires sur un monde écologique qui serait idéal... A savoir pour moi un monde écologique idéal, ça serait plutôt une planète sans les hommes et ses interventions plusieurs fois rétiérées et souvent destructrices des environments qu'ils soient ceux des animaux ou même de la pollution d'espaces naturels par des méthodes industrielles... Je suis désolé les écolos mais nous existons ici, maintenant et partout.....Et même en respirant cet air qui est si bon pour nous, nous polluons par le CO² que nous rejetons...

    A savoir aussi que pour les curés de toutes les religions quelques soient-elles, ils devraient arrêter de croire dans un Dieu Tout-Puissant qui donne tous les pouvoirs, sur la nature qui est sur la terre, à l'Homme avec une Majuscule, Je nous crois plus commes des êtres irresponsables et destructeurs, de ces êtres qui sont assez Inconscients des dégâts qu'ls font....Il n'est pas bon que de laisser toute la responsabilité à un Dieu qui reste muet devant toutes les horreurs dont nous sommes les responsables...

    Pour ce qui est de la réalité des pouvoirs qu'ils soient politiques ou financiers, je suis pour un controle démocratique des délegations de pouvoir...Aucun homme polique et aucun banquier ne doit rester impunis s'ils agissent que pour des pouvoirs personnels.... Le contrôle démocratique ça doit être une réalitée qui s'imposent à tous... On appelle ausi cela la transparence, "La Glasnost" comme dans L'URSS de Gorbatchev perso je dis tous simplement "contrôles démocratiques à tous les niveaux.".. Nota Bene je n'aimerais pas aussi que ça devienne une usine à gaz comme  toutes celles de notre passé politique, je crois plus aux lanceurs d'alertes qu'aux gros machins administratifs

    Paris le 17 décembre 2017

  • Rigoler avec les mots

    Rigoler avec des mots

    Les mots très laids les mots trop beaux
    Les bonobos bobos, et les beaux nabots
    L'émaux bleu-ciel; ou bien  jaune-verdâtre
    Des mals à dire, maux dits par des maudits

    Miracle des mirabelles, et des mot usuels
    Manuel, L'Emmanuel aux maux essentiels
    Manœuvre mortelle, entre la mort et les maux
    Massive attaques, de ces martiens éventuels

    Magique machine, à dire le tout et le rien
    Avec des rimes arrimées, par des sens cryptés
    Ou par des motels  dejà plein, des congrès politiques
    Emmanuel Macron ou  bien ce manuel en usine

    Mille milliards de mots, ceux qui sont dits
    Entre le dictionnaire, et l'usage commun
    Mystère de la mystique, et du sens véritable
    Parler de tout et de rien, avec les mots justes

    Paris le 12 février 2017

     

  • Les mots...énième version

     

    Les Mots...  énième version sur le sujet

    Je peux vous dire, Il y a tout de même de grosses différences
    Entre un vocabulaire pauvre qui est limité à 500 mots
    Et la grande érudition, de ces mots très rares voire néologique
    Verlaine dans un de ses textes très connu, l'art poétique

    il nous disait d'avoir un peu de hasard dans ses choix
    Un vocabulaire riche,  il exprime des nuances variés
    Les mots que l'on possède, ils sont un peu de nous-mêmes
    Il y a des styles divers de poésies, et parfois des mots valises

    Mais savoir mettre le mot juste, c'est un don de créateur
    Les mots nous disent plus sur nous que nous le croyons
    L'univers peut être vu comme formé et créé par les mots du verbe
    La science, elle est aussi faite avec des mots, des hypothèses, des calculs

    Un enfant même bavard, il ne possède pas les mots d'un adulte
    Mais déjà son monde est  très riche parfois ce monde, il nous échappe
    De même un être fruste nous parle et s'exprime sans de vraies nuances
    Mais ses mots qu'il utilise, ils sont  toujours justes pour lui-même

    il y a des mots qui tuent  irrémédiablement et d'autres qui nous apaisent
    La politique et les médias prolifiques, ils usent des mots passe-partout
    le vrai travail en littérature c'est de les nettoyer, de leur redonner du sens
    Le poème il parle pour le monde où nous sommes, ou il parle pour soi-même

    Paris le 9 juin 2016