Nostalgie

  • TOUSSAINT 2005

     

     

     

    TOUSSAINT 2005
     
    Aujourd'hui premier novembre
    C'est la Toussaint 2005
    Je pense à ma mère
    qui se meure doucement

    Et qui attends sa mort
    comme une délivrance proche
    Ma mère avec un cancer
    en phase extrême de son évolution

    Ma mère qui m'a allaité
    quand j'étais un petit enfant
    Je me voue à tous les seins sains
    de saintes et femmes enceintes

    Je pense à Myriam mère de Yéshoua
    qui fut mère avant d'être vierge
    Je pense à l'abbé Pierre
    qui a avoué avoir eu des tourments amoureux

    Je pense à ces saintes amoureuses
    de Jésus leur Dieu comme Thérèse d'Avila
    Je pense à Éros qui décoche ses flèches à tous
    Aussi bien les mystiques désincarnés

    Je me dis que les putains sans illusions
    Elles se font violé sans avoir ses désirs
    Les vrais amours, ils construisent des histoires
    Où il est question de partages
     
    Éros est un ange sans religion,
    Éros pense à tous, Éros pense aussi à vous...
    Il tire sur les saints et sur les salauds...
    Sur tous les hommes et toutes les femmes...

    Éros ! Il n'a pas de préférence
    Choisir entre le ciel ou l'enfer
    Moi Je me voue aux seins
    Des saintes, parfois enceintes
     
    Je me moque de ces curés
    qui n'ont pas de femmes à caresser
    Car cela est aussi des mensonges,
    Et je sais bien toute ma solitude

    Car pour eux, les amours ce ne sont
    que des fantasmes idéalisés,
    Et ce n'est pas la lourdeur
    de la chair avec tout son poids de destinée

    Éros est un ange puissant
    et il travaille si bien trop facilement
    il lance sa flèche au plus intime
    même quand vous vous croyez blindé

    Éros c'est un ange païen...
    C'est l'ange du désir, l'ange des tourments
    Un désir qui vient et qui s'impose
    Entre un homme et une femme

    Bruno Quinchez Paris le premier novembre 2005 et Paris le 30 mars 2021
    Il es à savoir que ma mère elle est morte le 5 novembre 2005

     

  • Le Printemps...

     

     

     

    Le Printemps...

    Le ciel que je vois
    il est encore ensoleillé
    Comme des mots tendres,
    ceux qui nous sourient

    J'aime ces quelques mots
    Tous ceux qui restent heureux
    La lumière la plus vraie,
    elle reste parfois très simple

    Je n'imagine pas les fleurs
    qui nous viennent bientôt
    Je les regarde fleurir
    tous ces bourgeons qui poussent

    Le printemps il est bien là
    et j'aime ces moments fleuris
    On me dit que c'est froid,
    mais je ne sais pas ce que sera demain

    Bruno Quinchez Paris le 27 mars 2021

     

     

  • Tendres souvenirs

     

     

     

     

    Tendres souvenirs...

    Tendres sourires
    que l'on accorde aux enfants
    Dans ces temps du confinement
    et de cette épreuve

    je me disais... Non ! Bruno
    il te faut pas pleurer tout seul
    je méditais en songeant
    à tous ces enfants qui sont très libres

    Et qui ne craignaient pas vraiment
    de ne pas porter de masque
    Je me disai s! Oui la tendresse
    elle reste une réalité très douce

    Mon coeur trop fatigué,
    il ne savait plus vraiment
    ce qu'est  vraiment l'enfance
    La vie qui reste libre

    Les mots les plus banals
    ils sont des mots qui s'absentent
    Le ciel ! Il me dit parfois
    des lumières qui sont dans le ciel

    je sais des églises qui sont vides
    et des désirs qui sont communs
    Mais comment prier dans un monde
    sans amours qui soient proches

    Ne pas croire au bordel
    mais à toute la tendresse commune
    Celle qu l'on partage en se parlant
    Quelques fois j'aimerais partager

    toutes mes prières personnelles
    Je sais seulement qu'on puisse
    y mettre un seul gars solitaire
    c'est à dire Moi le Bruno

    Mes frères et soeurs ils sont des gens
    qui ne prient plus par manque de foi
    L'absence pour moi c'est un manque
    et j'aimerais prier en groupe

    Oui mais avec qui donc ?
    je n'aime pas certains curés
    qui sont capable du pire
    Comme de prêcher en latin

    parfois je pense à des curés
    qui me seraient plus proches
    Dans mon passé j'ai eu des curés
    qui étaient très sociaux

    De nos jours je sais des prêtres
    et un  sacré business
    Que j'aime pas vraiment
    Ils pensent d'abords aux sous

    Bruno Quinchez Paris le 24 mars 2021

  • Prophétie de fin de printemps froid

    Prophétie de fin de printemps froid

    Ce soir j'ai des sueurs froides,
    Un chaud-froid que je n'aime pas
    En général ça précède un bon rhume,
    Je tiens à dire les jours sont chauds

    Avec un fond de l'air qui est  très frais
    Et quand j'aurais dis cette banalité ordinaire
    Non ! Je vous dis quand vous ne serez pas plus avancé
    Pourtant mes frissons, c'est bien réel

    Je vais me coucher tant pis pour le reste
    Le monde peut bien tourner sans moi
    Ah ! Mon dieu ! Parlez-moi d'amour...
    Histoire que je vous foute

    Une bonne paire de claques
    Dans la gueule car ça fait du bien
    Il est des loosers métaphysiques
    Qui attendront sans craintes

    Que le soleil s'éteigne
    Et que les fleurs épanouies
    Celles là! Des jolies fleurs de printemps
    qui veuillent se laisser mourir

    En donnant des graines fertiles
    Il est aussi des assassins du ciel
    Qui crèveront la panse pleine
    Il est des idiots savants

    Qui écriront des équations sans noms
    Il est aussi des pacifistes
    Qui se renieront  sans révision
    Pour avoir cru à leur au destin

    Je sais des fleurs de cerisier
    Bien trop fragile en ce printemps
    Quelques temps qui sont trop frais
    Et des gelée de ce mois de printemps

    Les cerisier il seront épanouis
    Il est des salopards trop riches
    Qui deviendront des saints du ciel
    Il est des noirs qui blanchiront

    Leur nuits au hasard des jours
    Il est des blancs qui vendront
    de la blanche à des enfants noirs
    Et des enfant noirs trop absernt

    Il est des absurdes
    Qui deviendront la norme pour tous
    Il est temps de partir!
    Levez-vous terroristes boursiers

    Vent mauvais ! Emporte au loin!
    Ces mauvais rêves, d'une mauvaise vie
    Les mauvaises femmes passeront
    Elles s'achèteront de mauvais hommes

    Le bordel ambiant de nos vécus
    Il deviendra un couvent de nonne
    Et pépette Laëtitia Casta...
    La dame qui est vue toute nue

    Elle sera une sainte parmi toutes
    Je désirerais des dames déshabillées
    Les hommes de biens de nos vies
    Ils auront les salopes pour héritières

    Les salopes elles s'accoucheront
    Elles aussi de lendemains qui chantent
    Et l'on chantera l'internationale,
    Avec toud les rythmes du tango

    Je ne sais que dire des pays latins
    Les militaires qui rompront le pas
    Et ils valseront en syncopes
    Dans des tangos argentins

    La mort elle n'aura plus de masque,
    Et toute nue... Tous les hommes la désireront
    mais la mort qui ne voudra pas d'eux,
    Car elle les trouvera tous trop lourds

    Ainsi leurs karmas vécus les écrasera
    Et ils seront broyés par leur merde
    Les maxillaires de la camarade
    Ils seront en grève illimitée

    Et la lune insolente poussera
    Un long hululement métaphysique
    Dans un ciel de printemps frais
    Le ciel de févrierpasse

    Ces jours là les hommes
    Qui chercheront partout
    Leur presque rien d'âme
    Et ils ne la trouveront plus

    Dans le marché du foutre
    Où ils vivent trop ordinaires
    Sans leurs âmes,juste leur sexe
    Ils n'existeront plus comme des absences

    A jamais, ad-aeternam
    Nous serons ainsi quelques-uns
    Dans les myriades de choses
    De nos vie qui sont écrites

    Je ne sais pas si je vous lirais
    Vous autres, de ci et de là
    Ma bibliothèque est pleine
    Et je ne sais pas où vous êtes

    mon temps qui passe
    Et toutea les choses
    de ma vie trop lasse
    ma vie, celle là qui passe

    Le ciel qui se tait
    Il ignore tous vos écrits
    Je ne lis plus
    Mes recueils de poésie ça m'agace

    Je vais sur le net
    qui est plein ee choses
    qui sont écrites
    et pas toutes sympathiques

    Cela dans un temps nouveau
    Celui qui vient et qui va
    Je e sais pas demain qui vient
    Et vous tous mes lecteurs

    Bruno Quinchez Paris le 24 mars 2021

     


     

  • Bavardages...

    Bavardages...

    L'écrit qui reste, c'est cette chose qui est très lue
    Parfois faites de petites réalités de nos vies présentes
    Y aurait il un récit incroyable qui puisse décrire ce monde
    Il est écrit d’innombrables choses qui sont toutes différentes

    Et peut être un monde qui dure et une vie que l'on choisie
    Dans les bibliothèques je sais des myriades de livres
    Qui ne sont pas tous lus, ils sont des trucs de notre mémoire
    Sur les sites internet parait que c'est des gens bien vivants

    Mais parfois je me dis que ce n'est pas des choix intéressants
    Nos bibliothèques; elles sont pleines lisez vous tous ces livres
    Je sais que je peux dire plein de chose inédites sur le pèsent
    Mais parfois je me dis: Bruno ! Tu es un sacré bavard

    J'ignore parfois si ce que je dis c'est vraiment un truc inédit
    Je ne suis pas assez dingue pour me dire l'unique poète
    J'aime lire certains poèmes par leurs formes bien construites
    Il n'est écrit nulle part, qu'on soit unique, dans ce monde de dingues

    La lumière du jour, elle me parle doucement avant la tombée de la nuit
    Est il écrit que deux plus deux font bien le résultat de quatre
    Parfois je compte les vers pour en faire une suite de quatrains
    Un enfant, il me dit aussi Bruno qu'est-ce que tu es bavard !

    Bruno Quinchez Paris le 18 mars 2021

  • un peu songeur

     

     

     

    Un peu songeur

    Ce soir neuf heure vingt, une heure un peu passée
    Je songeais, aux gens que je fréquente, de ci est de là
    Entre des grosses angoisses,  et ce vécu trop ordinaire
    Je ne savais que dire, Oui ! il y a ce coronavirus...

    Une maladie mal comprises et qui est assez angoissante
    Personnellement je suis un peu  inquiet la dessus
    J'entends dire plein de trucs différents sur cette maladie
    Je ne m'en soucie pas et  je ne me ferais pas vacciner

    J'ignore si c'est très sensé, je sais trop de sales histoires
    Je vois et je lis des gens sur internet et ils sont inquiets
    Dans ma famille je sais un frère, une belle-sœur et un neveux
    Qui ont eus cette maladie et ils en sont maintenant guéris

    Je sais aussi un vieille copine qui a été très mal et son mari qui est mort
    Je me dis parfois que l'âge est important, les vieux sont plus fragiles
    je suis moi même un vieux de soixante-neuf ans avec tous ses petit problème
    Mais ça ne m'impressionne pas, je me dis parfois que je verrais bien !

    Je sais un copain aveugle qui a attrapé cet truc et il s'en est sorti
    Un vieux, c'est quoi ? j'aime mes vieux amis; quoique ils me disent
    Je me sais fragile,  j'ai quelques problèmes de colonne vertébrale
    Mais pour cette saloperie, là vous savez, je reste trop solitaire chez moi

    Je pense souvent à tous les trucs qui nous sont dits sur les radios
    je me dis aussi que les médecins, ils disent des trucs contradictoires
    Je ne sais pas que vous dire cette maladie est trop complexe
    J'ignore les différences entre tous les vaccins dont on nous parle

    Bruno Quinchez Paris le 15 mars 2021

  • Des Papillons

    Des Papillons

    Je voyais voler un papillon qui était tout blanc
    Un papillon, Sans vraies nuances dans ses tons blancs
    Il volait tranquille et il voyait voler un papillons très coloré
    Et lui le papillon blanc il ne savait pas vraiment que lui dire

    Il engagea alors la conversation avec l'autre
    Dis donc papillon sais-tu qui le blanc, il est beau
    Blanc comme la neige dans un jardin pendant l'hiver
    Je ne sais pas lui répondit l'autre paillon coloré

    Tu sais que pour nous les papillons, l'hiver est rude
    J'aime toutes les fleurs qui viennent au printemps
    Le papillon blanc qui savait vivre pour le froid et le chaud
    Lui dit aussi certes je ne suis pas la neige mais je l'aime

    Le papillon coloré lui dit que le printemps est très vivant
    Et que toutes les vies s'épanouissent avec le printemps
    Le papillon banc lui dit, je ne connais pas de fleurs blanches
    Mais je sais cette blancheur que j'ai en moi sur mes ailes

    Le papillon coloré qui lui posa alors cette question
    Et tu sûr de vivre ta vie avec des amis qui t'aiment ?
    Je ne sais pas dit Le papillon blanc, je suis un gars de l'hiver
    Et j'ai peu d'amis qui viennent me voir pendant ce temps

    Parfois je sais des papillons, qui se croient exceptionnels
    Mais je sais aussi que nos vies, elles sont des réalités diverses
    Un papillon blanc, il est certes moins fragile avec le froid d'hiver
    Jamais, je ne saurais tous les enfants de ces deux papillons

    Bruno Quinchez Paris le 12 février 2021

  • Silence

    Silence

    Un silence en moi
    Ne plus rien vous dire
    Un désir de paix

    Bruno Quinchez Paris le 12 janvier 2021

    Nota Bene ma mère aurait 96 ans ce jour

     

  • Douze jours avant Noël

    Douze jours avant Noël, une pensée pour Jésus

    Je songe à un Jésus, celui là quand il était petit enfant
    Connaissait-il son destin celui de devenir un prophète
    Certains disent qu'il avait en lui déjà toute la sagesse
    Je ne sais que dire d'un destin avec tout qu'il ya à parcourir

    En vieillissant je sais mon destin et ce que moi, je suis devenu
    Je ne saurais jamais pas celui que j'aurais pu être dans une autre vie
    Je songe souvent au passé antérieur et ce que j'étais encore jeune
    Et je songe aussi au destin divers de plusieurs hommes célèbres

    Entre un scientifique, un artiste, un philosophe ou un prophète
    Savoir le poids des ses œuvres et tous les drames affreux causés
    Moi ! J'ai fait le choix du camp des artistes qui est le meilleur de tous
    Ou plutôt, c'est le plus innocent par ces conséquences sur ce monde

    J'imagine un monde sans Jésus et j'y vois que l'argent est alors le vrai dieu
    Pauvre petit Jésus face à tous ces radins éternels et sans partages
    Si le communisme athée, il a si bien pris dans notre monde chrétien
    Il faut  aussi y voir des réalités financières, de cette église qui oublie Jésus

    Petit Jésus je t'aime ! Et je songe souvent à tous ces miséreux sans argent
    Dans une crèche il manque des choses plutôt simples, mais qui sont cruelles
    Comme une croix, bien solide, un instrument de la torture des esclaves romains
    Les premiers chrétiens ils avaient très peur de cette croix tellement monstrueuse

    Jésus vient donc ! Et n'oublie pas que toi ! Tu es très aimé dans ce monde absurde
    Bientôt Noël en cette année 2017 avec toutes ses folies et ses guerres sans fin
    Un enfant c'est une promesse pour demain, mais demain je ne sais pas ce qu'il sera
    Il faudrait un peu plus d'enfants sages, que de prophètes fous, avec leurs malédictions

    Bruno Quinchez Paris le 19 décembre 2017
    remis sur le site Paris le 12 décembre 2020

     

  • Noël 2020

    Noël 2020

    C'est bientôt Noël qui nous vient
    Mais avec le confinement aussi
    J'entends dire des exclusions pour ce Noël...
    Personnellement ! Moi je sais bien que je serai seul
    Et parait-il pas mal de monde aussi !
    Les curés, ils n'ont personne dans leurs églises
    Le confinement, c'est bien un truc de dingues

    Bruno Quinchez Paris le 10 décembre 2020

  • Demain ? Cet inconnu !

    Demain ? Cet inconnu !

    Le futur et ses technologies, ils nous échappent
    Un ange c'est parfois un être banal mais qui est très tendre
    Mais ce qui adviendra dans le futur je ne le sais pas !
    OUI ce futur qui vient, il peut encore nous surprendre

    cela n'en déplaise aux dingues de la Bible
    Les prophéties de la Bible, elles sont parfois assez horribles
    quand elles nous parlent de fin du monde avec des catastrophes
    Je sais Notre époque et toutes ses histoires de Covid-19

    Je me dis que nous vivons dans un monde sans la Bible
    Nous vivons dans un autre monde que celui des prophéties
    Il s'agissait de divers malheurs venant des prophéties du ciel
    ou seul les gens d’Israël, ils s'en sortent plutôt bien

    Je me méfie de tous les prophètes qui passent dans l'actualité
    Parfois je me dis quec 'est des gens qui font de la politique
    Il est à savoir que demain qui vient, il n'est pas écrit
    La seule vérité que je sache sur nous tous les terriens

    C'est que nous vivons sur une petite planète limitée
    Je ne sais pas si nous irons dans toutes les étoiles
    J'ignore ce que pense un extraterrestre tout là haut
    Je sais seulement des myriades d'êtres vivants ici sur terre

    Nos contemporains, Ils connaissent des technologies plus évoluées
    Mais ils savent aussi que les politiques sont capables du pire
    Il faut que la morale nous soit commune, avec des choix secrets
    Il n'est écrit nulle part qu'il y ait une seule vérité qui s'impose à tous

     

  • Le 22 septembre

     

     

     

    Le 22 septembre

    Demain 22 septembre, c'est l'automne qui nous vient
    C'est aussi l'anniversaire de mon père
    il est mort en mai 2001, et là ça serait ses 98 ans
    Personnellement, moi je me sens un peu seul

    Bruno Quinchez Paris le 21 septembre 2020

     

  • Testament

     

     

     

     

     

    Testament

    Ce matin en me levant,
    J'ai rêvé de mon père,
    Qui est mort depuis le 15 mai 2001,
    D'un problème au cœur
    Et qui ne nous a rien laissé,
    Comme testament moral écrit ou oral,
    Car il ne pouvait plus rien dire,
    Et écrire, cela depuis 12 ans,

    A cause d'une aphasie qui est due,
    A un problème d'hémorragie du cerveau.,
    Je réfléchissais sur ce que j'aurais aimé,
    Qu'il me dise quelques choses
    Pour notre avenir après sa mort,
    Depuis sa mort, je vois ce monde,
    Qui change, l'Europe qui légifère,
    Mon père il était gaulliste.,
     
    Je le connais pas assez pour savoir,
    De ce qu'il nous dirait
    Sur ce monde actuel,
    Puis en y réfléchissant,
    Sa vérité est celle ci !
    Qu'est-ce que moi Bruno  
    J'aimerais vous  laisser après moi ?,
    Je ne sais pas ce que dirait papa

    J'ai d'abord pensé à donner des conseils,
    De morale à mes frères divorcés,
    A causes des dispute de familles
    Puis je me suis dit aussi,
    Que, ce n'était pas, une bonne idée,
    Car je n'ai pas de statut,
    De frère prêcheur pour cela
    Les curés? Ils se taisent

    La morale ça doit  être partagée
    Et puis j'ai encore réfléchi,
    Et je me suis dit ce que j'aimerais,
    Entre ce que je suis
    Et ce que j'aurais du être
    La vie n'est pas une chose écrite$*
    J'ignore mon vécus  que j'ai rêvé
    J'ai encore quelques souvenirs


    De bonne amies  que j'intéressais
    Entre Danielle, Elda et d'autres
    Je ne me suis jamais mis en couple
    Donc je n'ai pas d'enfant
    Que tous mes enfants potentiels,
    Ceux là que j'aurais du avoir
    Tous ceux là  que je n'ai pas eus,
    Ils sachent bien que pour l'avenir...,
     
    Primo que je les ai toujours aimés,
    Et qu'ils restent fidèles
    A une vrai idée des enfants,
    Celle qu'il avait adolescent,
    Et qu'ils ne se pervertissent pas,
    Dans le confort de l'habitude,
    Et ces chose courantes de la vie
    Des choix que l'on se donne,
     
    Pour partager un foyer,
    Etre ensemble pour longtemps,
    Et ce sentiment de sécurité
    Tout ce que nous donne l'argent,
    Celui  dont on, dispose,
    Et tous ce qu'ils gardent au cœur,
    Je sais les idéaux de leurs 20 ans
    Ces choses où il voyaient ce monde,
     
    Avant de s'engager dans leurs boulots,
    Et qu'ils fondent un foyer commun,
    Avec une femme et des enfants
    Et tous les soucis d'une famille,
    Curieusement je vois assez peu,
    Mes petits neveux quasiment tous,
    Se sont des gamins plutôt mal connus,
    La famille pour eux ça reste un truc intime,

    J'écris ceci comme une vision fraternelle,
    Mais moi, je n'ai pas d'enfants,
    Peut-être ! Que c'est mon choix de vie,
    Une vie de célibataire très libre
    Ce que je dis là, je le pense pour moi,
    Pour mes frères et  pour mes sœurs,
    Pour mes neveux et pour mes nièces.,
    Avec des si,  j'aurais eu, des milliers d'enfants.

    Pour vous ! Qu'est-ce qui est le plus important ?
    Et que léguerez-vous à vos enfants?,
    Je ne parle que de l'héritage moral,
    Et je ne parle pas des sous que vous leurs laisserez

    Bruno Quinchez Paris le15 mars 2005,
    Texte remis en forme Paris les 30  et 31 juillet 2020

  • Les étoiles ? Elles sont en or 25-7-2020

     

     

     

     

     

    Les étoiles ? Elles sont en or... Version 25 juillet 2020

    Question d'étoiles
    Elles sont toutes en or
    Mais elles sont inatteignables
    Loin de notre connerie de bipèdes

    Ce n'est pas demain qu'on y ira
    Question relative au gars Albert Einstein
    Le même qui a demandé aux américains
    De construire la bombe A

    Les étoiles, elles se foutent de nous
    Elles sont aussi pleines de mystères
    Dans le silence infini du ciel
    Les étoiles qui rigolent

    Oui !  Elles rigolent bien
    De notre planète minable
    Il n'y a pas de Terre de remplacement
    Et nous resterons sur Terre

    Encore longtemps
    Avec toute notre humanité
    Qui est bien trop banale
    Espérons la vie sur Terre  

    Et nous n'irons pas pourrir
    Le reste de l'univers
    Nous les vermisseaux
    Nous les enfants de nos rêves

    Et ça c'est une parole
    De physicien responsable
    De celui qui ne construit pas
    La machine à rendre possible

    Toutes les conneries
    Dont les hommes ont rêvées
    Toutes ces conneries d'autre fois
    Entre des horreurs et des guerres

    On crèvera, jusqu'à en devenir
    Des hommes raisonnables
    Entre humains responsables
    Sur une Terre trop limitée

    Bruno Quinchez Paris le 18 février 2005
    Quelques rajouts le 25 juillet 2020

    Les etoiles sont en orles-etoiles-sont-en-or.mp3 (1.73 Mo)