Chaleurs de la Terre

 

 

 

 

Chaleurs de la Terre

Pourquoi ne penser toujours
Qu'à l'odeur des roses?
Et ne plus célébrer la chaleur
Humide de la terre...

Qui fume aux saisons sombres
De l'automne et de l'hiver...
Les fleurs diverses que je regarde
 Elles sont aussi belles et généreuses...

Les champs de blé qui poussent
Ils  donneront Leur poids de pain...
Et nous mangerons  ces  choses là
Selon notre désir et notre faim...

Les roses ? Elles ne se donnent
Pas toujours selon nos cœurs...
Toutes choses qui ont leur bonne place
Et cela  toujours à la bonne heure...

Pour ce rêve d'une fleur subtile
qui s'est épanouie au mois de mai
Il y a Des hommes et des femmes
Qui spéculent sur ses attraits...

Mais tous ces beaux songes
Ils ne nourrissent pas les entrailles...
Les moissons de l'automne
Elles sont toutes une nécessité

Une chose qui est parfois très impérieuse..
Même si  j'eusse aimé savoir cette fleur
Celle que tu tiens dans ta bouche rieuse...
La rêverie persiste, je sais bien des histoires

Comme une graine de rien du tout
Qui nous donnerait de bonnes semailles.
Faites avec des presque rien de nos vies
Quelque petites choses données

Comme des mots qui sont très tendres
Dans un temps partagé avec celle là
Je sais quelques mot donnés pour une dame
A qui je souris avec beaucoup de tendresse

Bruno Quinchez Paris le premier août 1997
Texte de mes archives retravaillé le 2 juillet 2020

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire