Chroniques des temps qui passent

  • Comment écrire ?

     

     

     

     

    Comment écrire ?

    Comment pouvoir dire
    un truc immortel qui restera ?
    Cela je ne le sais pas trop,
    sans doute une chose commune !

    Ma bibliothèque,
    elle est faite de beaucoup
    de choses écrites
    Parfois, un petit je t'aime

    que je lise sur le site,
    c'est bien suffisant !
    Être lu ou être connu tu parles,
    je sais plein de poètes inconnus…

    Qui sont dans ma petite bibliothèque
    au milieu des poussières !
    Victorugueux le bavard,
    est-il vraiment un gars qui est sérieux ?

    Bruno Quinchez Paris le 31 mai 2020
    Et remis en forme le 8 janvier 2021

     

  • Propos sur le temps qui passe 07-01-2021

     

     

     

     

    Propos sur le temps qui passe

    Je ne sais pas ce que sera demain,
    Je sais tout ce que j'ai fait
    Je me soucie peu de mes souvenirs
    Y aurait il des choses que vous aimez
    Qui soient vraiment écrites donc lues,
    Je sais seulement tout ce que j'aime
    Choisir tous les choix que nous avons
    Dans nos vies ordinaires

    Ils sont tous innombrables
    Et ne pas y voir que ce destin cruel
    Mais se sont des choses permises,
    Dans ce demain qui n'est pas encore
    Je sais ainsi de nombreux lendemains,
    Parfois je me dis en moi-même
    Que je ne sais pas quoi en penser,
    Nous sommes déjà le sept janvier

    Le temps qui passe trop inexorable,
    Le 31 janvier j'aurais un an de plus
    Deux plus deux font quatre,
    Mais certes avez vous compté vos cheveux
    Mais quand il s'agit du temps qui passe,
    Ça m'interpelle sur notre futur...demain ?
    Quelques riens dans ma vie personnelle;
    Se sont des choses importantes pour moi

    Comme les souvenirs de bons amours,
    Le temps d'autrefois où je vivais solitaire
    C'est celui d'un vécu de mon passée
    Mais ce n'est pas que ce passé
    Qui serait trop mal vécu
    Car j'ai eu des deux parents
    Que j'aimais beaucoup ,
    Hubert et Germaine

    Ils ont eu tous les deux ensemble
    Une famille assez nombreuse,
    Soient dix enfants,  entre mes frères et sœurs
    Et tout cela c'est une chose
    Des années cinquante et soixante
    Une vie de famille qui est très commune
    Je ne sais pourquoi, moi je suis resté seul
    Je me souviens de quelques femmes

    Qui étaient plutôt sympathiques
    Parmi toutes celles-là que j'ai vues
    De toutes ces femmes que j'ai très aimées
    Ma vie elle reste une solitude
    Que je n'ai pas  partagée
    Juste des question de sous
    Qui me manquaient souvent
    Dans ce monde  trop cruel

    Qui reste assez dur pour les pauvres
    Je ne sais pas si j'ai pu choisir vraiment
    Dans ma vie bien trop banale
    Dans les choses physiques
    De mon ordinaire, celui que j'ai vécu
    Et qui ne sont pas toujours sympathiques
    Je sais seulement en fait
    Que j'ai eu quelques emmerdes dans ma vie

    Un jour qui vient, je sais
    Que je vais disparaitre et alors ?
    Surtout ne pas se croire immortel,
    Et savoir vivre toutes ses fragilités
    Un ciel qui me dit parfois
    Toutes, ses étoiles innombrables
    Tout là-haut dans ces lumignon
    Notre terre elle est surpeuplée;

    Avec sept milliards et demi d'humains
    Demain qui vient je ne sais pas
    Je n'ai pas d'enfant c'est un fait
    Puis de nos jours que je vis
    J'entends dire des choses
    Qui ne sont pas trop sympathique
    Pour nos lendemains,
    Il faudrait des choses

    Qui soient plus vivantes
    Arrêtons avec les histoires de sous,
    Et essayons de vivre avec son voisin
    Il n'est dit nulle part
    Que nous sommes meilleurs
    Que de supposés extraterrestres
    La vie je le pense et je le dis,
    Cela reste un partage de vies

    Et non pas qu'une économie
    Je suis ce gars  que je suis
    Il est beaucoup trop fragile
    Les poètes, qui papotent
    Ils restent des tendres
    Quelque fois j'aime ces petit rien
    Que sont les mots que l'on balance
    Sur internet ! Ce grand machin  bavard

    Bruno Quinchez Paris le 7 janvier 2021 et le 9 janvier 2021

     

     

     

  • Que dire ?

     

     

     

    Que dire ?

    Que dire de La Science...  Quesaquo ?
    Des fois, je me dis en y songeant
    Que là je ne sais pas que penser
    De nos lendemains qui viennent

    Et qui sont aussi très Incompris,
    Car Ils restent encore à voir
    Dans  toutes nos années passées
    Entre les années cinquante et maintenant

    La conquête de la  Lune en 1969,
    Oui ! Ce truc là  ça marche très sûrement
    Qu'avec la guerre froide entre les USA  et l(URSS,
    C'est à savoir que  de voumoir posséder l'espace

    Certes nous avons beaucoup rêvé,
    Mais quand je sais  bien voir
    Tout notre monde matériel de la Science
    Cette chose qui cause beaucoup

    Je me dis ce truc là, quelques mots
    celui là qui nous est dit, à nous autres
    Il n'est pas une réalité qui est écrite
    Entre tous les possibles de la Science

    En ce qui concerne ainsi demain
    Ce qui est la recherche en sciences,
    Je dirais : Tu Cherches encore !
    Demain ! C'est cette chose non écrite

    Je ne sais que dire sur vos fantômes
    Et tout ce que vous lisez sur internet
    Il y a bien des folies de dire sa croyance
    La vérité,elle reste cette chose incomprise

    Entre toutes celles-là dont on rêve
    Dans des bouquins de la Science
    Et quelque trucs de la Technique
    La Science,  elle n'est pas faite de gadgets

    Bruno Quinchez Paris le 6 janvier 2021

     

  • Des triolets 6-01-2021

     

     

     

     

    Des triolets
     
    Des fois je me dis
    Que je préfère me taire
    C'est plutôt un manque
     
    Je ne sais pas vraiment
    Si vous me lisez maintenant
    Mais je sais votre présence
     
    Une petite lumière brille
    Cette chose bien vivante
    Dans des myriades de mots
     
    Parfois j'aime bien
    Ce gamin très proche
    Qui est mon voisin
     
    A quoi penses-tu donc ?
    Non Là, je ne sais pas !
    Peut-être vider ma tête
     
    Un chien qui aboie
    Un homme qui cause
    Un poète qui baratine
     
    Le silence qui me tue
    Je ne sais pas vraiment
    Toute sa  bonne vertu
     
    Janvier qui passe maintenant
    je me suis couvert de chandails
    J'ignore ce temps froid
     
    Se poser des questions
    Ne pas savoir y répondre
    Et vivre sa vie ordinaire
     
    Quelques petits riens
    Et des myriades de mots
    Pour parler de tendresse
     
    Une Terre qui est surpeuplée
    Peut-être bien monsieur....
    Mais on verra bien !

     
    Bruno Quinchez Paris le 6 janvier 2021

     

     

  • Interrogations

     

     

     

     

     

     

    Înterrogations....
     
    Quelques questions
    Que je me pose maintenant
    En début de nouvel an
    Une année trop angoissée
     
    Oui Je me poses des questions
    Car Je ne savais que penser
    Moi ! J'ignore toute la création,
    Et je ne sais que des humains
     
    y aurait il maintenant  une vérité
    qui soit mal comprise de vous ici
    Où vous croyiez vous mes amis?
    Croyez vous que moi,
     
    Je sais toutes vos pensées
    Celles commune de l'économie
    je ne sais donner mes sous
    Par ce que hélas. j'en manque
     
    Il  y a toute la vie. qui se partage
    Elle est parfois mal comprise
    j'ignore tous vos rêves à vous
    Demain ? ça reste un échange
     
    Et je vois tout prés de chez moi
    Des histoires de famille désunies
    Pour des questions de gros sous
    Les gamins qui s'angoissent
     
    Dans notre époque de dingues
    Avec tous ses trucs communs
    Qui sont à faire tout de même
    N'as-tu pas cent balles à me donner ?
     

    Bruno Quinchez Paris le 4 janvier 2021

  • Des triolets plus ou moins longs

     

     

     

     

     

    Des triolets... Plus ou moins longs

    Le crétin poète,  je me dis aussi il était un vrai savant
    Personne ne le soupçonnait vraiment d'être important
    Quand il disait toute ses vérités qui restent incomprises

    Je me posais quelques questions en moi-même
    Sur nos vies  qui sont partagées et si diverses
    Je savais qu'il y avait des myriade de réponses

    Le ciel ? OUI ça reste un monde qui est mal compris
    Il y a plus de choses dedans, plus que dans nos écrits
    Un dieu qui serait unique ! NON ! je ne comprends pas vraiment

    Je gagne trop peu de sous par tous mes écrits
    Ça me rends assez modeste sur tout ce que j'ai écrit
    Je ne sais pas ce que deviendront tous mes textes

    Tu n'as pas cent balles à me donner ? Pensait-il...
    Il savait plein de chose sur le pouvoir qui est lié à l'argent
    Dans les faits, il en avait peu, car plutôt mal connu

    La poésie c'est au départ de la tendresse que l'on partage
    Puis en vieillissant ça devient des discours plus ou moins politiques
    Quand on s'en aperçoit, on se dit que c'est fini pour nous !

    Dans ma rue, je sais des gens qui sont  tous bien ordinaires
    J'aime ces gens simplement parce qu'il sont là et ils sont bien vivants
    J'ignore ces idées dingues d'un monde parfait et qui serait divin

    Un chien parfois il me dit plus de choses qu'un religieux plein de foi
    Il me dit cette vie ordinaire et quelques petites choses d'un ordinaire
    Je ne sais que dire de ces hommes de foi qui ne font que des miracles

    Le silence c'est avant tout une absence; comme un vrai manque
    Des absences mal comprises entre des paroles ou de la musique
    Mozart ! Il disait que le silence dans sa musique, c'est aussi de la musique

    Dans mes tableaux, ceux qui sont chez moi, parmi  tous eux-là  que j'aime
    Il y a des photos de mes deux parents; Oui se sont, des photos très simples
    Et une trentaine de tableaux divers, que j'ai osé mettre sur mon mur

    Dans les images que j'ai, je garde une photo de Danièle Messia
    Je ne sais pas si je l'ai vraiment connue, elle parlait dans ses chansons d'une vie vécue
    Je n'ai  que peu d'histoires d'amours, dans ma vie qui est beaucoup trop basique

    Parfois je me pose la question: Qu'est-ce donc que la poésie et les poètes ?
    Puis en vous relisant, sur le net je me dis qu'il n'y aura jamais de réponse
    Les poèmes les plus sympathiques, ils sont parfois des écrits  très simples

    Bruno Quinchez Paris le 2 janvier 2021

  • Je vous salis ma rue.. Poème de Jacque prévert

     

     

    Je vous salis, ma rue

    Je vous salis ma rue
    et je m'en excuse
    un homme-sandwich m'a donné un prospectus
    de l'Armée du Salut

     

    je l'ai jeté
    et il est là tout froissé
    dans votre ruisseau
    et l'eau tarde à couler

    Pardonnez-moi cette offense
    les éboueurs vont passer
    avec leur valet mécanique
    et tout sera effacé

    Alors je dirai
    je vous salue ma rue pleine d'ogresses
    charmantes comme dans les contes chinois
    et qui vous plantent au cœur
    l'épée de cristal du plaisir
    dans la plaie heureuse du désir

    Je vous salue ma rue pleine de grâce
    l'éboueur est avec nous.

    Jacques Prévert, Fatras, 1966

  • Ici et Là...

    Ici et Là...

    Je me tais c'est comme ça et pas autrement
    Parfois je me dis aussi que si je me tais
    C'est sans doute un désir de paix intérieure
    Comme un bon silence,  celui qui me repose

    Je ne sais pas tout ce qui viendra demain
    Je n'ai plus ces désirs fous, de jouer avec le réel
    Imaginez un long poème, celui qui sera écrit
    Je sais des rêveurs,  et tous ces gens présents

    Y aurait il des choses, qui soient toutes formidables
    Les enfants qui papotent quelques mots bavards
    Dans ma vie les choses, qui sont les plus communes
    Et se sont des petits poèmes qui sont plus ou moins bavards

    Je n'ai jamais su, si vous étiez bien présents, sur ce site
    Parfois je me dis ! Tiens il parle de choses plutôt incroyables
    Le poète il a toujours raison ! Tu parles ! Il est un baratineur
    Les plus belles choses de ma vie, ce sont juste des petits riens

    Dans ma vie ordinaire, je reste assez silencieux et sans riens
    S'il n'y avait mon téléphone fixe, je me sentirais trop solitaire
    Je cause  ainsi à ma famille et à mes neveux qui me parlent
    Je ne fréquente peu mon portable, car je le trouve trop compliqué

    Quelques fois je me dis en moi-même :  à quoi  bon  ce téléphone ?
    Dans les faits je reste un grand solitaire dans mon studio parisien
    Ils me disent: Bruno ! Va te promener dans Paris ! Celui où tu vis !
    Je ne sais que répondre !  je trouve ma vie beaucoup trop banale

    Bruno Quinchez Paris le 2 janvier 2021

  • Le premier janvier

    Feter le nouvel an avecun masque

     

    ça y est on est en janvier 2021... On fait la fête en ville

    On boit quelques verres de champagne

    Mais avec le coronavirus on se confine encore

    Donc le port du masque pour les fétards

     

    L'année 2021 c'est une année où le coronavirus existe, il date de février 2020 en Chine... Non ! Je ne sais pas ce que sera demain ! C'est déjà plein de questions, mais avec toutes les dingueries qui sont liées au coronavirus, ce futur ça risque d'être très angoissant à vivre

  • Un Bébé souriant

     

    Baby mother 1920x1080

    Un bébé souriant

    Un jeune bébé avec un bon regard tranquille
    Il me plait bien ce gamin qui nous panait amical
    celui qui est là sur la photo et il est très libre
    Sans doute un enfant qui est sans angoisse et qui songe
     
    Il a un regard qui est très amical et qui reste libre
    Sûrement quelques questions qu'il se pose
    Je ne sais que dire ce que sont ses deux parents
    C'est là une photo dans la vie d'un petit enfant
     
    Mais je me dis en le voyant très détendu
    Je ne sais voir d'autres choses que sa curiosité
    Personnellement; Je ne lui demanderais rien de plus
    Il est de ces petit riens qui me plaisent beaucoup

    Bruno Quinchez le 25 décembre 2020 Noël 2020 et quelques pensées pour Jésus