Chroniques des temps qui passent

  • prévisions

     

     

     

    Prévision

    Hier maintenant dépassé j'étais bien seul chez moi
    Ce matin d'avril je songe aux temps qui passent sans prévoir
    Toutes les lumières de ce mois, elles ne me disent pas ce froid
    Parait-il un gel, sur cette végétation qui est très fragile

    Quelques bourgeons, sur des arbres qui sont trop fragiles
    J'entends dire que pour les cerises et les les vignes récentes
    elles sont abîmées, il n'y aura donc pas de raisins ni de fruits
    Le temps froid certes mais aussi attendre une canicule possible

    Puis entre le chaud et le froid...Là ! Nous ne maîtrisons rien
    Quelques excès entre les températures, ce n'est pas terrible
    La lumière d'avril, ce n'est pas la température qui nous va avec
    J'entends dire quelques histoire de gels, pendant ce mois d'avril

    Le ciel, il nous dit parfois des choses qui sont assez incroyables
    J'aime ce mois d'avril, mais je le vois imprévisible, donc imprévu
    Nous n'irons pas nous promener, pour aller cueillir les cerises
    Nous sommes les enfants, d'un monde imprévisible et bizarre

    Bruno Quinchez Paris le 9 avril 2021

  • Demain ! Il est à voir...

     

     

     

    Demain ! Il est à voir...

    Parfois savoir des mots choisis
    Comme des choix inoubliables
    Puis se dire tout en rêvant
    Demain, celui qui nous viendra

    Je ne sais exactement que dire
    Trop de choses qui sont dites
    Et qui sont prévues, parait-il !
    Je ne sais pas vraiment demain

    Des myriades de virus mal connus
    Et des malades qui sont trop nombreux
    En fait demain c'est peut être demain
    Espérons vivre dans un monde solidaire

    Quelques enfants seront nos maitres
    Car nous ignorons ce qu"il sera vécu
    Là mort qui vous choisis entre tous
    Dans des vies partagées et choisie

    Nos enfants nous dirons notre absence
    Dans un temps qui vient demain qui vient
    Tout ce monde qui change et qui se rêve
    Je ne sais pas demain mais serais-je mort ?

    Bruno Quinchez Paris le 8 avril 2021...
    Oui ! je me sens vieillir

  • Propos sur le Vrai

     

     

     

     

    Propos sur le vrai

    Qu'est-ce donc que la vérité ? Un choix personnel
    Mais Voilà aussi  un concept qui est très diversifié
    On ne dit pas tous les mêmes choses dans nos vie,
    Le concept de mal, il n'est pas vraiment unique

    Car ça nous donne des disputes sur ce sujet
    Le concept d'ordre, celui que vous dites vous même
    Il est à vivre et à partager, entre nous tous ici et là
     je pense parfois à la grande nature sauvage sur la terre
     
    Et la myriade de vies, toutes celles qui partagent notre terre
    Il n'y a pas de lois qui soient uniques nous devons, nous adapter à tout
    Les lois de la vie ce sont le respect et le partage Par des choix personnel
    Je me dis que ma vies ce n'est pas la votre mais ma petite vie

    La vérité pour moi c'est de savoir partager entre tous
    En aimant tous ceux dans ce monde e que nous vivons ensemble
    Il n'est dit nulle parts que nous sommes des gens bons ou mauvais
    Je sais seulement des disputes sur des petits riens d'un vécus

    Je crois en dieu, je me dis que dieu c'est très complet à vivre
     je vous sais athée par dépits les curé ne vous parlent pas
    Oui Dieu n'est pas cette chose que vendent les curés
    Si je perds la foi c'est parce que certain curés agissent mal

    Perso si je perds la  foi  c'est un mauvaise impression de mon vécu
    On ne surveille pas ses sous qui sont dans un tronc de quête
     je me dis que pendant une messe où l'on prie on ne pense pas aux sous
    J'ignore combien gagne un curé  et comment il gère ses sous

    Parfois je me dis La terre nous oublie et nous sommes ailleurs
    Mais ce curé radin qui est  beaucoup  trop proche de ses sous
    Celui qui a policé ce mendiant détrousseur pendant une messe
    Il m'a fait douter Pour longtemps de ce monde meilleur,

    Un monde imaginaire où les curés sont des anges
    Je me souviens de quelques histoire de mon passé
    Avec des curés que j'aimais car ils étaient proches du social
    Nous étions dans une mairie communiste;  le social s'impose

    Le ciel parfois, il me dit que ce ne sont que des petits rien
    Des choses qui ont très tendres dans une vie commune
    Je sais mon doute, celui  qui me travaille le cœur
    Et je sais ces petites choses du partage de ma foi

    Le silence que je vis dans chaque jours qui passent
    C'est aussi une absence de mon passé  qui était très tendre
    Je ne sais que dire de cette dame Danièle connue comme chanteuse
    Elle qui me disait qu'elle m'aimait vraiment

    Bruno Quinchez Paris le 6 avril 2021

  • Mon Crassula

    Dsc02288

    Dsc02289

     

    Mon crassula

    Mon crassula  qui fleurit
    Oui je l'ai donné à ma voisine
    Et depuis 15 jours il fleurit
    Des petites fleurs jaune en grappes

    Remarquez bien, vous le saurez
    c'est la première fois en quinze ans que je l'ai
    que je vois ses petites fleurs jaunes
    Ma voisine lui transmet elle des ondes ?

    Bruno Quinchez Paris le 5 avril 2021

  • Ce Temps d'Avril

     

     

     

    Ce Temps d'Avril...

    J'aime bien les roses, elle sont assez sympathiques
    Mais je sais peu de choses sur ces fleurs
    Il ya cinq ans j'avais des roses greffons
    Mais elle ne duraient pas longtemps

    A savoir que ces roses que je cultivais
    Ben ça supporte mal la taille dans des pots
    Je ne sais que dire sur les roses entières
    Je me suis mis à d'autres fleurs en pots

    es azalées blancs et roses que je garde
    Ce sont des fleurs qui craignent le froid
    Alors en ce moment et les froideurs du temps
    Je les rentre chez moi et je les protège

    Le temps d'avril est lumineux mais froid
    Je ne sais vraiment que faire avec ces fleurs
    Les rosiers, ils ne craignent pas le froid
    Mais pour les azalées je fais plus attention

    J'attends encore un mois avant de les sortir
    Ils annoncent des fraicheurs en ce mois d'avril
    La lumière c'est bien mais sans le froid
    il ya huit jours 25°c mais ça retombe à zéro

    Bruno Quinchez Paris le 6 avril 2021

  • Premier Avril 2021

     

     

     

     

    Premier Avril 2021

    Le premier avril
    Et la semaine sainte
    Je ne sais que vous dire

    Parfois je me dis
    En moi-même tais toi !
    En fait ça reste un silence

    Je me dis que les poèmes
    qui sont les plus simples
    Ils parlent à mon cœur


    Bruno Quinchez Paris le premier avril 2021

  • TOUSSAINT 2005

     

     

     

    TOUSSAINT 2005
     
    Aujourd'hui premier novembre
    C'est la Toussaint 2005
    Je pense à ma mère
    qui se meure doucement

    Et qui attends sa mort
    comme une délivrance proche
    Ma mère avec un cancer
    en phase extrême de son évolution

    Ma mère qui m'a allaité
    quand j'étais un petit enfant
    Je me voue à tous les seins sains
    de saintes et femmes enceintes

    Je pense à Myriam mère de Yéshoua
    qui fut mère avant d'être vierge
    Je pense à l'abbé Pierre
    qui a avoué avoir eu des tourments amoureux

    Je pense à ces saintes amoureuses
    de Jésus leur Dieu comme Thérèse d'Avila
    Je pense à Éros qui décoche ses flèches à tous
    Aussi bien les mystiques désincarnés

    Je me dis que les putains sans illusions
    Elles se font violé sans avoir ses désirs
    Les vrais amours, ils construisent des histoires
    Où il est question de partages
     
    Éros est un ange sans religion,
    Éros pense à tous, Éros pense aussi à vous...
    Il tire sur les saints et sur les salauds...
    Sur tous les hommes et toutes les femmes...

    Éros ! Il n'a pas de préférence
    Choisir entre le ciel ou l'enfer
    Moi Je me voue aux seins
    Des saintes, parfois enceintes
     
    Je me moque de ces curés
    qui n'ont pas de femmes à caresser
    Car cela est aussi des mensonges,
    Et je sais bien toute ma solitude

    Car pour eux, les amours ce ne sont
    que des fantasmes idéalisés,
    Et ce n'est pas la lourdeur
    de la chair avec tout son poids de destinée

    Éros est un ange puissant
    et il travaille si bien trop facilement
    il lance sa flèche au plus intime
    même quand vous vous croyez blindé

    Éros c'est un ange païen...
    C'est l'ange du désir, l'ange des tourments
    Un désir qui vient et qui s'impose
    Entre un homme et une femme

    Bruno Quinchez Paris le premier novembre 2005 et Paris le 30 mars 2021
    Il es à savoir que ma mère elle est morte le 5 novembre 2005

     

  • La ratatouille

     

     

     

    La ratatouille (Recette de famille)

    Un secret que vous garderez pour vous
    En ce moment je fais de la cuisine
    Pas de la poôoézie,
    Faut bien se faire à manger

    Une ratatouille épluchée
    Avec 4 tomates, 3 aubergines
    3 oignons coupés en fine lamelles
    Un poivron rouge et 4 courgettes

    Un peu d'eau et d'huile d'olive
    Du sel, du basilic, du thym, de l'ail
    Ceci pour donner du goût
    Et tout cela qui cuit doucement...

    Dans une grande casserole
    Laissez cuire doucement 1h 1/2 à feu très doux
    Vous avez une superbe ratatouille
    De quoi congeler pour 3 semaines

    Les ingrédients nécessaires, et suffisants pour la ratatouille

    Mes admirateurs m'ont envoyé les tomates
    Pour les courges j'ai demandé à certaines de TLP
    Pour les aubergines je suis allé chercher dans les parcmétres

    Pour le poivron j'ai demandé à une antillaise,
    Pour les oignons je me suis occupé des miens
    Pour le sel dans les cheveux; c'est la fleur de l'âge

    Pour l'ail, j'ai demandé qu'on me pince Aïe !
    Pour le thym suis allé aux marchés de Provence
    Pour le basilic j'ai vu un serpent expert là-dedans

    Pour l'huile d'olive, suis allé faire la quête à l'église
    Pour la casserole, vous savez j'en ai plein accrochées
    Pour le gaz j'ai soudoyé les services de EDF GDF

    Pour le feu, j'ai emprunté à un regard en flammes
    Pour l'épluchage, j'ai pris du temps
    Et après ça, je dis que la cuisine nourrit plus que la poésie

    Bruno Quinchez Paris le 12 décembre 2005 et Paris le 30 mars 2021
    Ma mère est morte le  d'un cancer le 5 novembre 2005

     

  • Un nouveau Monde

     

     

     

    Un nouveau Monde

    Un Monde sans TV
    Un Monde sans le Net
    Un Monde tout petit

    Un Monde sans multinationales
    Un Monde sans passés
    Un Monde où ailleurs est à 20 kms

    Un Monde de marcheurs
    Un Monde sans voitures
    Un Monde sans essence

    Un Monde sans gadgets
    Un Monde d'après Krach
    Un Monde où l'Homme est la Référence

    Un Monde sans argent
    Un Monde sans usine
    Un Monde sans chefs

    Un Monde de chefs de meutes
    Un Monde où les hommes, ils ont rétrécis
    Un Monde post moderne

    Un Monde rêvé et cauchemardé
    Un Monde de sans emplois
    Un Monde de guerriers

    Un Monde à la Mad-Max
    Un Monde de bouffeurs de racines
    Un joyeux Bordel de Monde

    Bruno Quinchez Paris le 2 décembre 2004
    Et mis sur le site Paris le 29 mars 2021

  • Mon ciel étoilé

     

     

     

    Mon ciel étoilé...

    La nuit qui passe
    Je sais un ciel étoilé
    mais je ne sais pas
    toutes les étoiles

    Peut-on nommer
    Toutes ces choses
    Qui sont dans le ciel
    Et toutes des noms

    Alpha du centaure
    Une étoile très proche
    Qui me dit, cet inaccessible
    Pour nous les humains

    Parfois je les regarde
    Dans mon ciel Parisien
    Et je me sais trop limité
    Dans un Paris trop lumineux

    J'aime aller à la campagne
    Dans la maison de famille
    Et de belles obscurités
    Pour mieux les apercevoir

    Bruno Quinchez Paris le 28 mars 2021

  • Sur la poésie et les poètes (2 textes)

     

     

     

     

    Sur la poésie et les poètes

    Si vous avez du style, vous pouvez montrer votre âme
    Votre cœur est tout, dans les mots, amour qui se pâme
    Mais votre âme est-elle pure ? Ou est-elle plus sombre ?
    Que le Styx et le fleuve, des enfers et de la pénombre ?

    Votre pureté est-elle vraie ? Ou n'est-elle qu'apparence ?
    Par vos mots bien ou mal choisis, ils font la différence
    Votre innocence, elle ne fait-elle pas de vous, un nouveau génie. ?
    Pour un seul Rimbaud qui écrit, combien y a-t-il de bannis ?

    Le père Verlaine était un fonctionnaire appointé
    Cela vous fait-il du mal ? En êtes-vous désappointé ?
    Le génie n’attends pas? il mûrit avec les printemps

    Pour un Mozart prodige, combien de Beethoven ?
    Pour des inconnus, combien de sonnets d'Arven ?
    Les poètes sont soumis au passage du temps

    Bruno Quinchez Paris le 27 mars 2021

     

     

     

    Poésie et Poètes...Deuxième

    Pour bien vivre il ne faut pas se soucier des mots
    Les voir se ranger dans un ordre peu ordonnés
    Savoir que parfois il a des associations non données
    De celles qui nous apportent le bonheur par quelque rabiots

    Le temps qu'on mets pour écrire ce n'est pas le temps qu'il fait
    Quelques hasards sont les bienvenus dans un ordre partait
    Le ciel chaque jours; il nous dit des lumière qui changent
    Je sais des riens et de ces petites choses qu'on échange

    Deux plus deux font parait-il quatre ! Du moins le dit on
    Un enfant qui vit, il dirait parfois que c'est beaucoup trop con
    Mais le poète que je prétends être il ne serait pas très heureux

    Parfois je me dis ! Où sont les règle que nous donne un barboton
    Les chiens dans la rue, ils aboient forts et ils jouent avec des croutons
    Je me dis parfois, que la vie est belle, et que ce monde, il est merveilleux

    Bruno Quinchez Paris le 27 mars 2021
    Des méditations sur un air amusé

     

  • Labyrinthes

     

     

     

    Labyrinthes...

    Le rêveur dans le labyrinthe
    croisera-t-il le Minotaure ?
    Ce croqueur d'enfants perdus,
    le roi des aulnes

    Le fil d'Ariane permettra-t-il
    de sortir avant le crime ?
    Ou le rêveur deviendra-t-il
    à son tour un assassin  ?

    Mille questions que je me pose
    sur cette banale réalité
    Quand les enfants n'ont pour guide
    que le programme TV !

    Autre fois dans mon adolescence
    je lisais des bouquins très connus
    Les libre enfants de Sumerhills,
    ils ignoraient trop du réel

    Ils vivaient dans un monde
    sans limite et sans bornes
    Alors que notre réalité
    ce n'est qu'un vaste labyrinthe

    Dont personne ne donnera
    les plans pour en sortir
    J'ai appris quand j'étais gamin
    chez les boys scouts

    A prendre un azimut
    et à me servir d'une boussole
    Plus tard l'informatique
    elle m'a appris les algorithmes nécessaires

    Mais personne dans ma vie vécue
    ne m'a jamais donné les plans
    J'ai bien lu dans des livres
    des labyrinthes mythiques

    Ceux de la littérature,
    ceux des mathématiques
    Mais aucun ne donne la solution  
    mais ils ne posent que l’énigme

    Je le sais et je me le dis parfois
    que nous sommes dans le labyrinthe
    Ce n'est pas un mythe
    mais des murs qui se dressent

    Entre les bonnes issues
    et les fausses sorties
    Il ne faut  pas désespérer
    Dans tout ce qu'on a appris

    Car la solution la plus simple
    c'est de dissoudre le labyrinthe
    Par le doute absolu
    de cette réalité labyrinthique

    Et la certitude absolue
    que la vérité donnée
    Et elle est toute simple
    Mais beaucoup préfère le labyrinthe

    Car chercher une solution
    c'est stimulant pour l'esprit
    Alors que la vérité nue
    Elle reste une évidence trop simple
     
    Sachez donc voir la vie qui va
    et sachez ce que vous chercher !
    Cherchez-vous la vérité
    ou aimez-vous le labyrinthe ?

    Les mots que vous lisez
    Ils sont parfois mal compris
    Parfois ils disent des vérités
    Celles là  qui sont bien vivantes

    Bruno Quinchez Paris le 20 juin 2005
    et remis en forme sur le site le 27 mars 2021

  • Belphégor

     

     

     

     

    Belphégor

    Ce soir du 19 juin 2005 vers 19h 26 ligne 2
    Au Métro Père Lachaise Direction Nation
    J’ai croisé Belphégor une non-femme
    Dans un Tchador tout noir

    Une non-existence dans un non-habit
    Et une propriété privée absolue
    Avec l’hygiaphone nécessaire   
    Pour protéger des postillons
    De ces chiens d’infidèles
     
    Je me suis surpris à dire :
    Mon Dieu ! Quelle horreur !
    Ce truc noir qui est là devant moi
    Nota bene J’ai déjà vu des femmes voilées
    Des fois des mines renfrognées mais un regard
    Même quelques fois coquettes
    Avec des voiles multicolores

    Mais là un voile tout noir de la tête aux pieds
    Et là ! Non ! Je vous dis la grille cadenassée
    Ma mère autrefois à l’église portait un voile
    Mais des femmes-prisons,
    Je n’en avais jamais vu avant
    Que les ayatollahs qui se proclament
    Qu'ils gardent pour eux leurs merdes !
    je me disais que J’aurais voulu parler avec Belphégor
    Mais elle montait et moi je descendais

    Et elle est partie avec sa prison portable
    Nota Bene Belphégor pour les gens
    Qui sont maintenant âgés
    d'un peu moins de 55 ans
    C'est un traumatisme de jeunesse
    De beaucoup de jeunes français françaises

    Une émission  en N&B
    qui  est passée en 1965
    à la Télévision Française
    dans une histoire très romantique
    Ou il y avait une femme Juliette Gréco
    qui était Habillée dans un habit tout noir
    un fantôme masqué Dans un Louvre très sombre
    et  qui était quasi vide dans la nuit

    Bruno Quinchez Paris le 19 juin 2005 et mis sur le site le 26 mars 2021

    Lire la suite

  • Des Haïkaïs

     

     

     

    Des Haïkaïs

    Des fois, je me dis
    Que je préfère me taire
    Le silence, c'est un repos

    Parfois je songeais
    Que vais-je vous dire.?
    Puis non !  ça vient tout seul
     
    Le silence ? Je me dis : Non !
    Il y a des myriades de choses
    Qui sont dans ma tête
     
    Le printemps qui vient
    Je sais des fleurs épanouies
    Et j'espère les cerises
     
    Un enfant trop rigolo
    Cela me dit ainsi la vie
    Toutes les vies
     
    Les chiens dans ma rue
    ils aboient très souvent
    Je ne sais pourquoi ?
     
    La lumière qui vient
    Après l'hiver passé
    Elle me dit toute la vie

    Y avait il une chose incroyable ?
    Dans notre présent assez dur
    Parfois j'aimerais un autre monde !
     
    une poésie très tendre
    Peut elle vous dire des mots
    Qui parlent de notre vie
     
    Quelques fois quelque choses
    Qui sont écrites dans  vos riens
    Ces petites choses perçues
     
    Les nuages qui passent
    Dans un printemps lumineux
    C'est l'ordinaire du temps
     
    Une vie très calme
    Qui passe sans vous voir..
    Mais où êtes-vous donc ?
     
    Internet trop bavard
    Des myriades de choses
    Qui sont parfois mal comprises

    certains mots écrits
    ils paraissent Immortels
    Ce sont juste des vérités

    De nos jours sur internet
    Je me dis en lisant ces textes
    Ce n'est pas bien écrit

    Parfois un petit poème
    Me réjouit vraiment le coeur
    Mais il faut connaitre l'auteur

    La vie est faites de choses diverses
    Comme des naissances et des morts
    Car nous ne maitrisons rien

    Le silence parfois
    C'est juste un manque
    Comme si il y avait rien

    Certains jours de ma vie
    Je pense à vous autres
    tous ceux qui blablatent

    Une pierre que je prends
    Et je la lance là-bas au loin
    Je ne vous connais pas

    Le silence est un repos
    Parfois on le dit  aussi de la mort
    Je sais seulement cette absence

    Dans mes amis proches
    Il y en a beaucoup qui disparaissent
    Ma famille, elle est pleine de silences

    Bruno Quinchez Paris le 25 et 26 mars 2021

     

  • la saison douce

     

     

     

    La saison douce

    J'aime bien voir la nature
    Quand elle est tendre et libre
    Dans un poème qui se veut léger
    Ce printemps qui nous va bien

    Le soleil brille en ce moment
    le fond de l'air, il est assez frais
    Bientôt des fleurs toutes épanouies
    C'est la saison qui nous veut cela

    Bruno Quinchez Paris le 25 mars 2021