Tout

Photos de mes 60 ans en avril 2012

 

 

  • Des Haïkaïs

     

     

     

    Des Haïkaïs

    Des fois, je me dis
    Que je préfère me taire
    Le silence, c'est un repos

    Parfois je songeais
    Que vais-je vous dire.?
    Puis non !  ça vient tout seul
     
    Le silence ? Je me dis : Non !
    Il y a des myriades de choses
    Qui sont dans ma tête
     
    Le printemps qui vient
    Je sais des fleurs épanouies
    Et j'espère les cerises
     
    Un enfant trop rigolo
    Cela me dit ainsi la vie
    Toutes les vies
     
    Les chiens dans ma rue
    ils aboient très souvent
    Je ne sais pourquoi ?
     
    La lumière qui vient
    Après l'hiver passé
    Elle me dit toute la vie

    Y avait il une chose incroyable ?
    Dans notre présent assez dur
    Parfois j'aimerais un autre monde !
     
    une poésie très tendre
    Peut elle vous dire des mots
    Qui parlent de notre vie
     
    Quelques fois quelque choses
    Qui sont écrites dans  vos riens
    Ces petites choses perçues
     
    Les nuages qui passent
    Dans un printemps lumineux
    C'est l'ordinaire du temps
     
    Une vie très calme
    Qui passe sans vous voir..
    Mais où êtes-vous donc ?
     
    Internet trop bavard
    Des myriades de choses
    Qui sont parfois mal comprises

    certains mots écrits
    ils paraissent Immortels
    Ce sont juste des vérités

    De nos jours sur internet
    Je me dis en lisant ces textes
    Ce n'est pas bien écrit

    Parfois un petit poème
    Me réjouit vraiment le coeur
    Mais il faut connaitre l'auteur

    La vie est faites de choses diverses
    Comme des naissances et des morts
    Car nous ne maitrisons rien

    Le silence parfois
    C'est juste un manque
    Comme si il y avait rien

    Certains jours de ma vie
    Je pense à vous autres
    tous ceux qui blablatent

    Une pierre que je prends
    Et je la lance là-bas au loin
    Je ne vous connais pas

    Le silence est un repos
    Parfois on le dit  aussi de la mort
    Je sais seulement cette absence

    Dans mes amis proches
    Il y en a beaucoup qui disparaissent
    Ma famille, elle est pleine de silences

    Bruno Quinchez Paris le 25 et 26 mars 2021

     

  • la saison douce

     

     

     

    La saison douce

    J'aime bien voir la nature
    Quand elle est tendre et libre
    Dans un poème qui se veut léger
    Ce printemps qui nous va bien

    Le soleil brille en ce moment
    le fond de l'air, il est assez frais
    Bientôt des fleurs toutes épanouies
    C'est la saison qui nous veut cela

    Bruno Quinchez Paris le 25 mars 2021

  • Tendres souvenirs

     

     

     

     

    Tendres souvenirs...

    Tendres sourires
    que l'on accorde aux enfants
    Dans ces temps du confinement
    et de cette épreuve

    je me disais... Non ! Bruno
    il te faut pas pleurer tout seul
    je méditais en songeant
    à tous ces enfants qui sont très libres

    Et qui ne craignaient pas vraiment
    de ne pas porter de masque
    Je me disai s! Oui la tendresse
    elle reste une réalité très douce

    Mon coeur trop fatigué,
    il ne savait plus vraiment
    ce qu'est  vraiment l'enfance
    La vie qui reste libre

    Les mots les plus banals
    ils sont des mots qui s'absentent
    Le ciel ! Il me dit parfois
    des lumières qui sont dans le ciel

    je sais des églises qui sont vides
    et des désirs qui sont communs
    Mais comment prier dans un monde
    sans amours qui soient proches

    Ne pas croire au bordel
    mais à toute la tendresse commune
    Celle qu l'on partage en se parlant
    Quelques fois j'aimerais partager

    toutes mes prières personnelles
    Je sais seulement qu'on puisse
    y mettre un seul gars solitaire
    c'est à dire Moi le Bruno

    Mes frères et soeurs ils sont des gens
    qui ne prient plus par manque de foi
    L'absence pour moi c'est un manque
    et j'aimerais prier en groupe

    Oui mais avec qui donc ?
    je n'aime pas certains curés
    qui sont capable du pire
    Comme de prêcher en latin

    parfois je pense à des curés
    qui me seraient plus proches
    Dans mon passé j'ai eu des curés
    qui étaient très sociaux

    De nos jours je sais des prêtres
    et un  sacré business
    Que j'aime pas vraiment
    Ils pensent d'abords aux sous

    Bruno Quinchez Paris le 24 mars 2021

  • Prophétie de fin de printemps froid

    Prophétie de fin de printemps froid

    Ce soir j'ai des sueurs froides,
    Un chaud-froid que je n'aime pas
    En général ça précède un bon rhume,
    Je tiens à dire les jours sont chauds

    Avec un fond de l'air qui est  très frais
    Et quand j'aurais dis cette banalité ordinaire
    Non ! Je vous dis quand vous ne serez pas plus avancé
    Pourtant mes frissons, c'est bien réel

    Je vais me coucher tant pis pour le reste
    Le monde peut bien tourner sans moi
    Ah ! Mon dieu ! Parlez-moi d'amour...
    Histoire que je vous foute

    Une bonne paire de claques
    Dans la gueule car ça fait du bien
    Il est des loosers métaphysiques
    Qui attendront sans craintes

    Que le soleil s'éteigne
    Et que les fleurs épanouies
    Celles là! Des jolies fleurs de printemps
    qui veuillent se laisser mourir

    En donnant des graines fertiles
    Il est aussi des assassins du ciel
    Qui crèveront la panse pleine
    Il est des idiots savants

    Qui écriront des équations sans noms
    Il est aussi des pacifistes
    Qui se renieront  sans révision
    Pour avoir cru à leur au destin

    Je sais des fleurs de cerisier
    Bien trop fragile en ce printemps
    Quelques temps qui sont trop frais
    Et des gelée de ce mois de printemps

    Les cerisier il seront épanouis
    Il est des salopards trop riches
    Qui deviendront des saints du ciel
    Il est des noirs qui blanchiront

    Leur nuits au hasard des jours
    Il est des blancs qui vendront
    de la blanche à des enfants noirs
    Et des enfant noirs trop absernt

    Il est des absurdes
    Qui deviendront la norme pour tous
    Il est temps de partir!
    Levez-vous terroristes boursiers

    Vent mauvais ! Emporte au loin!
    Ces mauvais rêves, d'une mauvaise vie
    Les mauvaises femmes passeront
    Elles s'achèteront de mauvais hommes

    Le bordel ambiant de nos vécus
    Il deviendra un couvent de nonne
    Et pépette Laëtitia Casta...
    La dame qui est vue toute nue

    Elle sera une sainte parmi toutes
    Je désirerais des dames déshabillées
    Les hommes de biens de nos vies
    Ils auront les salopes pour héritières

    Les salopes elles s'accoucheront
    Elles aussi de lendemains qui chantent
    Et l'on chantera l'internationale,
    Avec toud les rythmes du tango

    Je ne sais que dire des pays latins
    Les militaires qui rompront le pas
    Et ils valseront en syncopes
    Dans des tangos argentins

    La mort elle n'aura plus de masque,
    Et toute nue... Tous les hommes la désireront
    mais la mort qui ne voudra pas d'eux,
    Car elle les trouvera tous trop lourds

    Ainsi leurs karmas vécus les écrasera
    Et ils seront broyés par leur merde
    Les maxillaires de la camarade
    Ils seront en grève illimitée

    Et la lune insolente poussera
    Un long hululement métaphysique
    Dans un ciel de printemps frais
    Le ciel de févrierpasse

    Ces jours là les hommes
    Qui chercheront partout
    Leur presque rien d'âme
    Et ils ne la trouveront plus

    Dans le marché du foutre
    Où ils vivent trop ordinaires
    Sans leurs âmes,juste leur sexe
    Ils n'existeront plus comme des absences

    A jamais, ad-aeternam
    Nous serons ainsi quelques-uns
    Dans les myriades de choses
    De nos vie qui sont écrites

    Je ne sais pas si je vous lirais
    Vous autres, de ci et de là
    Ma bibliothèque est pleine
    Et je ne sais pas où vous êtes

    mon temps qui passe
    Et toutea les choses
    de ma vie trop lasse
    ma vie, celle là qui passe

    Le ciel qui se tait
    Il ignore tous vos écrits
    Je ne lis plus
    Mes recueils de poésie ça m'agace

    Je vais sur le net
    qui est plein ee choses
    qui sont écrites
    et pas toutes sympathiques

    Cela dans un temps nouveau
    Celui qui vient et qui va
    Je e sais pas demain qui vient
    Et vous tous mes lecteurs

    Bruno Quinchez Paris le 24 mars 2021

     


     

  • Vieillir ? Oui ! Mais comment ?

     

     

     

    Vieillir ? Oui ! Mais comment ?

    On me demande de temps en temps mon âge,
    Physiquement, j'ai 69 ans au compteur
    mais dans la réalité en 5 ans, qui passent trop seul
    J'ai pris un nombre considérable d'années

    Car avant j'étais plutôt calme comme un cœur amoureux
    Et j'avais l'esprit libre et le coeur tellement léger
    oui ! Maintenant qui vient je me sens plutôt vieux,
    Un gars beaucoup trop seul et un corps assez abimé

    J'ai connu le fol amour, d'une dame
    Et pour cela je me croyais immortel
    rêver que le monde m'appartenait,
    Et que toutes choses elles étaient faciles

    Hélas moi ! Un vrai fou que j'étais, je ne pus l'épouser
    Ma déesse, elle n'était qu'en son temps du passé
    La vie qui nous sépara et elle en épousa un autre,
    J'ai vécu une vraie solitude, sans vraiment chercher

    Puis ! Je la revis quelques trente ans plus tard
    En 2002 cela chez sa mère à Marmande
    J'avais écris à sa mère pour avoir de ses nouvelles
    Sans trop croire à son amour de mon passé

    je me disais que cette dame de mes pensées
    Elle m'avait sûrement totalement oubliée
    Oui ! Je fus assez déçus en l'écoutant au téléphone
    Elle avait une voix rauque et un peu cassée

    Bref elle avait une voix que je n'aimais pas vraiment
    Une voix rauque de crieuse avec tous ses lycéens
    Je n'imagine pas vivre une vie avec de genre de dame
    Vivre à deux, mais vouloir rester tendre ! Comment y croire?

    La discipline avec les enfant des classes où on enseigne
    Cette chose qui est assez mal vécue, chez tous les enseignants
    Qui font face à des gamins dans des cours pas toujours faciles
    Certes je sais que je ne l'ai revue qu'en lui parlant au téléphone

    Et elle m'a déçue par sa voix assez rauque de prof de lycée
    Je ne sais pas dans mes amis que je fréquente dans les poètes
    De ces des choses qui soient plus tendres qu'une belle voix
    Mes amies poètes elles restent tendre dans le coeur

    Et la voix qui dit des poèmes La douce voix féminine
    elle inspire des grands poème d'amours immortels
    Mais une voix rauque de gueuleuse depuis trente ans
    Cela me dit un vécu du quotidien pas toujours sympathique

    et la déesse que j'aimais elle était alors pour moi morte,
    Les histoire du passé, elles supportent mal les réalités du présent
    Je ne sais pas plus pour sa vie avec son bonhomme
    Les gens que je connais ce n'est pas toujours facile

    Il ne reste plus qu'une femme qui est plutôt ordinaire
    avec des ambitions toutes ordinaires, avec ses enfants
    Un vécu pour moi lointain pour un quotidien ordinaire
    Savoir vivre les choses les plus banales de nos vies

    Si la foudre, elle vous tombe parfois dessus,
    Prenez-en votre partie mais malheur à vous
    Si vous ne l'embrasser pas pour l'éternité
    je me disais : Non Bruno! Tu as voulu rester libre

    Parmi ces choses que je ne fis pas à temps
    Mais celle là marqua mon cœur vivement
    dans toutes celles-là que je vis, dans ma vie
    Je recherchais à nouveau ce coup de foudre

    et je ne tombais que sur le quotidien,
    un quotidien sans ambitions et sans rêves
    j'ai aussi crée un amour sans le vouloir vraiment
    Cet amour vers moi venant chez une autre femme

    Mais elles ne m'inspirait pas le désir de ma déesse
    je me sus aimé d'elle que tard par des œuvres discographique
    Mais tout cela je ne le sus que longtemps après sa mort
    Danièle tu me dis "je t'aime !" alors c'est pour moi aussi

    Et cela ne me satisfait pas, j'aimais une déesse
    Car elle me reste encore cette inconnue
    et je fus aussi un Dieu pour une autre
    mais jamais le Dieu et la déesse ne se rencontrèrent

    L'amour fol est un amour fort qui vous rends surhumain
    mais l'amour que j'avais pour l'une ici où j'aimais
    mais ce ne fut pas hélas pour moi l'amour
    Que me porta l'autre là où elle m'aimait

    je vieillis ainsi sans haine, ni amour, sans ce désir
    De vivre cet infini et de partager son temps
    Hélas pour moi vieux machin, je n'ai pas vécu cette vie
    Et ni la joie, ni l'amour, je deviens un vieillard sans avenir

    Si la foudre tombe a vos pieds... Soyez attentif! et évitez là
    Embrasez-vous sans fin mais éros il est joueur et taquin
    celle que j'aimais, elle était ma déesse
    celle qui vous éclaire le coeur et l'âme

    Et l'autre qui m'aimait,j'étais son Dieu pour des histoires vécues
    Mais ce n'était ni elle, ni l'autre.j'ignore des femmes dans ma vie
    Celles que j'ai croisées autrefois elles restent de vrai mystère
    Je sais celles que j'aime, mais je sais aussi des absences

    Le ciel tout là haut, il me dit des histoires anciennes;
    et il me guérit de mon doute, je ne sais plus mes amours
    Je regarde dans mes frères et sœurs ,il  y a beaucoup de divorcés
    Je ne saurais faire de jugement; la famille qui reste complexes

    Dans le temps de ma jeunesse mon adolescence et peu de séparés
    Soixante huit il nous enseigne une Liberté trop matérielle
    Je me dis parfois ai je vraiment choisi ma vie du présent
    celle de mon quotidien banal;Je me rappelle de choses bizarres

    Toute celles que j'ai vécues dans mon passé
    je sais seulement que se sont des fait écrits dans ce monde idiot
    Je ne me suis jamais pris pour un prophète, je ne suis pas assez dingue
    Pour moi ! La Bible m'emmerde...Et il n'y pas de certitudes

    Dans la Bible le futur de la Terre qui est enseigné dans des textes
    pour moi je ne crois plus aux prophètes qui sont trop concernés
    Car on peut voir en y lisant les textes de la Bible ,
    une Terre qui est détruite et le choix des soucoupe volantes

    Non ! vous savez la Terre, ce n'est pas une propriété privée,
    Mais un lieu où les vies différentes se multiplient et prospèrent
    Il n'est rien dit sur les vies des baleines de toutes les vies
    Je ne sais que dire sur les histoires qui sont prétendues vraies dans la Bible

    Bruno Quinchez Paris le 21-23 mars 2021 le début du printemps

    Lire la suite

  • Pouette ! Pouette !

     

     

     

    Pouette ! Pouette !

    Parfois je me dis silence et bavard
    Alors tais toi ! ne dis pas plus que rien
    Dans les faits j'ai trop de bruit dans ma tête
    Savez-vous si j'écris une chose nouvelle

    Ou si c'est le énième baratin que je vous balance
    Personnellement je ne sais pas si je dis
    c'est un truc nouveau et vraiment que vous dire
    la poésie parfois je la vois qui est très écrite

    Je ne sais que dire de plus que je vous attends
    Entre deuc lectures sur le site de poésie
    Pouette ! Pouette !  dit il Pas trop sérieux
    Le silence parfois, c'est une critique incroyable

    de tous mes baratins que je vous balance
    Il y a des choses qui passent et d'autre qui viennent
    Ma poésie reste tendre pour tous mes mots choisis
    Il serait incroyable que deux plus deux ça fasse cinq

    Bruno Quinchez Paris le 20 mars 2021, le début du printemps ?

     

  • Bavardages...

    Bavardages...

    L'écrit qui reste, c'est cette chose qui est très lue
    Parfois faites de petites réalités de nos vies présentes
    Y aurait il un récit incroyable qui puisse décrire ce monde
    Il est écrit d’innombrables choses qui sont toutes différentes

    Et peut être un monde qui dure et une vie que l'on choisie
    Dans les bibliothèques je sais des myriades de livres
    Qui ne sont pas tous lus, ils sont des trucs de notre mémoire
    Sur les sites internet parait que c'est des gens bien vivants

    Mais parfois je me dis que ce n'est pas des choix intéressants
    Nos bibliothèques; elles sont pleines lisez vous tous ces livres
    Je sais que je peux dire plein de chose inédites sur le pèsent
    Mais parfois je me dis: Bruno ! Tu es un sacré bavard

    J'ignore parfois si ce que je dis c'est vraiment un truc inédit
    Je ne suis pas assez dingue pour me dire l'unique poète
    J'aime lire certains poèmes par leurs formes bien construites
    Il n'est écrit nulle part, qu'on soit unique, dans ce monde de dingues

    La lumière du jour, elle me parle doucement avant la tombée de la nuit
    Est il écrit que deux plus deux font bien le résultat de quatre
    Parfois je compte les vers pour en faire une suite de quatrains
    Un enfant, il me dit aussi Bruno qu'est-ce que tu es bavard !

    Bruno Quinchez Paris le 18 mars 2021

  • Les Mots...

     

     

     

    Des Mots...
     
    Des fois je me dis : Tais toi !
    Et laisse la vie te sourire
    Je ne sais pas vraiment
    Tout ce que je dirais ici
     
    Ces quelques petits riens
    Que l'on nomme des poèmes
    En faisant quelques mots écrits
    qui se suivent et qui se lisent
     
    Dans toutes les choses d'internet
    Non ! Je ne sais pas vraiment
    Des choses qui soient inédites
    Nous ne sommes que provisoire
     
    Les lectures que je fais de vous ici
    Elles me disent tous vos vécus
    Elles me disent ainsi que je vois
    Toutes vos impressions
     
    Comme de savoir tout dire
    Ou bien mille milliards de mots
    Là sur des sites de poésie...
    Qu'est-ce donc que la Poésie ? .
     
    Il existe des  myriade de choses
    Sur les serveurs d'internet
    J'ignore aussi certains sites
    Pour ce qui y est dit ! Non merci !

    Bruno Quinchez Paris le 18 mars 2021

  • Petit emprunt Biblique

     

     

     

    Petits emprunts bibliques...

    Au début était le verbe
    Et le verbe dit :
    Que la lumière soit !
    Et la lumière parue

    Et le verbe vit que la lumière éclairait
    Le verbe vit plein de choses bizarres
    Qui étaient avant cachées dans le noir
    Comme des petits homuncules grouillants
     
    Le verbe compris alors qu'il avait bien fait
    D'éclairer sa lumière pour voir alentours
    Le verbe vit son gourbi et il se dit alors
    Bon Dieu! Il va me falloir nettoyer tout ça!
     
    Alors le verbe se créa des assistants
    Ainsi il créa les anges qui le servaient
    Mais quelques uns avaient des idées de rangement
    Le verbe n'était pas d'accord

    Pour qu'on touche à ses affaires
    Ainsi fut ! Et depuis
    Le bordel cosmique continue,
     
    Le verbe dû faire face
    A des revendications diverses
    Et la lutte des crasses commença

    Bruno Quinchez, le gars Victor Paris 9 avril 2009
    un extrait d'un de mes recueils qui est paru en 2010

     

  • Faire silence...

     

     

     

    Faire silence

    Des fois j'ai envie de me taire
    Alors je m'écrase et plus rien
    ET basta le silence

    Bruno Quinchez Paris les 15 et 16 mars 2021

  • un peu songeur

     

     

     

    Un peu songeur

    Ce soir neuf heure vingt, une heure un peu passée
    Je songeais, aux gens que je fréquente, de ci est de là
    Entre des grosses angoisses,  et ce vécu trop ordinaire
    Je ne savais que dire, Oui ! il y a ce coronavirus...

    Une maladie mal comprises et qui est assez angoissante
    Personnellement je suis un peu  inquiet la dessus
    J'entends dire plein de trucs différents sur cette maladie
    Je ne m'en soucie pas et  je ne me ferais pas vacciner

    J'ignore si c'est très sensé, je sais trop de sales histoires
    Je vois et je lis des gens sur internet et ils sont inquiets
    Dans ma famille je sais un frère, une belle-sœur et un neveux
    Qui ont eus cette maladie et ils en sont maintenant guéris

    Je sais aussi un vieille copine qui a été très mal et son mari qui est mort
    Je me dis parfois que l'âge est important, les vieux sont plus fragiles
    je suis moi même un vieux de soixante-neuf ans avec tous ses petit problème
    Mais ça ne m'impressionne pas, je me dis parfois que je verrais bien !

    Je sais un copain aveugle qui a attrapé cet truc et il s'en est sorti
    Un vieux, c'est quoi ? j'aime mes vieux amis; quoique ils me disent
    Je me sais fragile,  j'ai quelques problèmes de colonne vertébrale
    Mais pour cette saloperie, là vous savez, je reste trop solitaire chez moi

    Je pense souvent à tous les trucs qui nous sont dits sur les radios
    je me dis aussi que les médecins, ils disent des trucs contradictoires
    Je ne sais pas que vous dire cette maladie est trop complexe
    J'ignore les différences entre tous les vaccins dont on nous parle

    Bruno Quinchez Paris le 15 mars 2021

  • âge...

    âge...

    je me sais vieux certes j'ai 69 ans

    mais pour demain je ne sais pas

    Les malheurs et les bonheurs

    ça reste des choses incroyables

    Bruno Quinchez Paris le 14 mars 2021

     

     

  • Questions de foi

     

     

     

    Questions de foi...

    Non! Ma vie, ce n'est pas une route, sur une carte,
    Je n'imagine pas un parcourt, qui soit écrit et référencé
    Je ne sais pas demain, et j'ignore Tout mon devenir
    Question de foi ! Non je n'aime pas trop entendre

    Certains curés sont trop pessimistes, car que savent ils vraiment?
    Le possible, c'est une de ces choses,qui sont incroyables ou pas
    J'ai vécu des choses  qui étaient assez bizarres, dans ma vie passée
    Non je ne suis pas plus fou que vous, mais moi j'accepte l'incroyable

    Le ciel ! il est permis pour tous, et cela entre nous tousL
    L'enfer ! C'est un manque d'espérance, pour des gens pessimistes
    Si un jour vous rencontrez un mystique,sachez le voir  bien vivant
    Il n'y a rien qui soit dit de mauvais, dans les hommes ordinaires

    Je ne saurais que vous dire sur ces mystiques que je fréquente
    Je me méfie aussi de certains hommes de foi, car ils sont trop croyants
    Leur vie personnelle, cela devient une vérité qui se veut absolue
    Dans nos vies nous voyons, de multiples personnes différentes

    Mais vous dire tous ce qu'ils croient personnellement en eux mêmes,
    C'est un jugement qui est trop absurde, car trop  difficile à cerner
    Le soleil ! Il brille là haut! Je ne sais pas comment vous le voyez!
    Sa lumière,  elle nous éclaire tous, et parfois il nous réchauffe le cœur

    Bruno Quinchez Paris le 14 mars 2021

     

  • Douter ?

     

     

     

    Douter ?

    Parfois ne plus douter
    Goûtez les odeurs fleuries
    Et sourire aux vies présentes
    Ces petites choses de nos vie
    Je n'attends pas vraiment
    un grand amour qui me soit donné
    je sais de la tendresse vécue

    Bruno Quinchez Paris le 13 mars 2021