Tout

Photos de mes 60 ans en avril 2012

 

 

  • Poète ! Tu parles

    Poéte ? Tu Parles !

    La ! Moi, je ne saurais bien que vous lire

    Certes il est vrai, que je vous aime bien

    Mais que penser, et que pouvoir vous dire ?

    Il ya  des choix entre des petite choses et le rien

    Un poéme qui serait fait, seulement pour vous

    Choisir des mots bizarres, et parfois trés fous

    La Lumière qui brille... Tout là haut dans le ciel

    Et ce mot très tendre, l'amour qui est essentiel

    Un poéte bavard, qui papote beaucoup, ici et là

    avec des mots trop bizaroides ! Bref du Blabla...

    Je me dis!   A qui puis-je dire,oui je t'aime ?

    Et que dire avec mes mots sans avoir ce vrai problème ?

    Un poéme tendre, qui nous parle de nos amours

    Tandis que je sais ces mots : Avec-Toi, Toujours ! 

    Se dire aimable, ou avoir un coeur beaucoup trop brulant

    Quelques fois, je me dis que je suis un gars  marrant

    Quelques fois, pouvoir regarder sans fin, une jolie dame

    Et lui dire des mots qui sont très tendres et trop profanes

    Ses beaux seins et ses grosses fesses qui restent cachés

    Mais pouvoir se dire tout votre coeur, il est très amouraché

    Etre assis là, sur ma chaise, devant mon ordinateur

    Et ignorer la réalité amoureuse... Oui !  je reste un amateur

    Moi ! Je vous lis, vous toutes et vous tous, sur ce site où nous sommes

    Mais Je me dis seulement que je suis cet homme parmi les hommes

    Bruno Quinchez Paris le 13 juin 2021 

     

    Citer

    Multi-citation

    Modifier

    Publier sur mon blog

    Signaler

  • Solitude...

    Solitude...

    J'écris ce texte d'amoureux solitaire

    Pour une dame qui n'existe pas vraiment

    Il y a des myriades de choses dites

    Et des fictions pour des choses non faites

    Peut-être là vous savez ! Ben je me tais !

    Avec cette envie de silence qui est mal comprise

    Ces quelques riens qui sont plutôt mal vécus

    Comme une absence d'une dame non désirée

    A vrai dire, là je me sens beaucoup trop seul

    C'est plus un mauvais vécu, qu'un vrai choix

    Plus vraiment envie de chercher une amie

    Je sais seulement,des fictions érotiques

    Vous dire ! Comment allez-vous madame ?

    Moi vous savez ! Je ne sais dire que ton absence...

    Et parfois, je regarde sur le net des femmes désirables

    A vrai dire je ne sais que ce ne sont que des fictions

    Puis entre vous toutes... Toutes celles qui écrivez ici

    Je me sens le cœur triste; ce ne sont que des fictions

    Je rêve d'une dame qui me sourirait avec sa joie

    Oui ! Une dame qui me dirait des mots tendres

    La vie que je vis, c'est une vie de solitaire

    Un choix que j'ai fait depuis longtemps

    Dans une vie pas facile, avec trop peu de sous

    Vivre à deux...Non je n'ai pas pu, Oui ! je suis  trop fauché  

    Le ciel parfois, il me dit des mot très tendres

    Mais j'aimerais entendre des mots d'amour

    Une vie de célibataire, et à vrai dire de solitaire

    J'ai bien eu quelques amies mais pas devie de couple

    Je pense à mes soeurs qui me téléphonent

    Et qui me remontent le moral par leurs gentillesse

    Quelques petits mots tendres et sympathique

    Il y a dans ma vie quelques coup de téléphone 

    Ce sont des mots tendres, et ça m'aide à  bien vivre

    Ces mots....Quelques petites choses qui nous réconforte

    Madame seriez-vous libre ce soir avec moi ?

    Non ! La je sais des désirs de vieux solitaire

    La vie pour moi ça reste mon ordi et internet

    Je vois ainsi des femmes qui sont toutes nues

    En fait, j'ai trop d'absences en dehors de ces images

    Quelques mots tendres, qui me suffiraient et pas plus

    Bruno Quinchez Paris le 12 Juin 2021

     

     

  • De la tendresse...

    De la Tendresse...

    Mon cœur tranquille qui se disait peut-être

    Tous les jours qui viennent et tous les jours qui passent

    Quelques pensées pour des histoires tendre de mon passé

    Je ne saurais que vous dire qui vous êtes ici et là

     

    Mes parents qui ne sont plus là, et moi je reste un solitaire

    Je tapote sans cesse, tous ces poèmes, ceux que je vous dis

    C'est incroyable de vouloir être un poète à notre époque

    Je sais des Publicitaires qui aimeraient bien me voir chez eux

     

    Le ciel ! Il me dit aussi... La vérité cela reste une liberté

    Je ne sais pas ! si je suis un philosophe dans ce monde là

    Non ! je les laisse tranquilles car ils m'emmerdent par leurs convictions

    Les mots les plus simples, cela reste la liberté et la vérité 

     

    Ces quelques petites choses que l'on écrit sur internet

    Savoir rester tendre ! Ne pas refaire le monde pour vous

    Je sais des enfants sages et je sais des  sages enfantins

    Il n'y a pas de vérités supérieures mais des choix qui sont à faire

     

    Voir ces quelques petites choses, de la vie qui nous aident

    je songe au gars Jésus, mais je sais aussi des histoires compliquées

    Il n'y a rien d'autre à savoir que la vérité, c'est nous aimer entre- nous

    Je suis un grand solitaire je pense à une dame qui m'aimait autrefois

     

    Les étoiles dans le ciel, elles me disent toutes les vérités étoilés

    Il n'y a pas de raison qui soit plus forte que de vouloir bien vivre

    Les ans qui passent ! Et Moi j'écris beaucoup malgré ma solitude

    Je songe à mon passé et toute la tendresse d'une dame aimée

     

    Bruno Quinchez à Paris le 10 juin 2021

  • Un jour qui passe

    Un jour qui passe

    Ce 9 juin j'écoute la radio vers 12h45
    C'est le jeu des mille euros qui passe
    J'entends des questions parfois bizarres
    La culture c'est des savoirs et pouvoir répondre

    Ce sont des petites choses qui ne sont pas communes
    Entre autre ça cause du petit prince de saint Exupéry
    Et ça finit sur une chose qui n'est pas si facile
    le jeux des mille francs est maintenant fini 

    Je ne sais pas vraiment si je saurais répondre
    La vie continue et j'entends maintenant des pubs très idiotes
    France inter qui change et la vie ordinaire qui continue
    Les infos sont assez bavardes, je ne sais que dire

    On parle des USA et de la Chine qui se confrontent
    Pour des histoires de marchés et des choses politiques
    Les infos qui continuent sur le corona virus et les vaccins 
    Je me dis parfois il y a plein de choses qui sont à faire

    Le ciel parfois il est couvert et aujourd'hui pas de pluies
    Je ne sais pas pour les températures qui nous sont données
    je lis sur internet des températures de 25°c du moins à Paris
    Le ciel varie, quelques pluies qu'il y avait dans ce début du mois de juin

    Bruno Quinchez Paris le 9 juin 2021

  • MA FOI...

    Ma foi, sur la vie, la mort et tout un baratin

     

    Je n'ai jamais été mort, c'est un fait

    Qu'est-ce que la mort pour vous ?

    J'ai vécus pas mal de trucs bizarres, 

    vous savez Je me sais télépathe

    Et ouvert à diverses choses

    Celles que j'entends dans ma tête

    Les Psys, ils parleraient de paranoïa

    Pour moi, c'est seulement du vécu quotidien

     

    Je me dis parfois en moi-même

    Que je suis, peut être très intelligent

    Certes je suis peut être un peu délirant

    Je  me dis parfois que je ne sais que penser

    De ces choses, celles de mon vécu

    Certes que vous savez et que j'accepte

    Il y a plein de choses dans une vie

    Il me manque une histoire d'amour

     

    Je sais une dame d'autrefois

    Qui me disait des choses gentilles

    Dans un ces disques qu'elle a fait

    Et maintenant elle est connue et très vendue

    Je ne sais pas, pour les histoires de cul

    Mais j'admets toute sa tendresse

    La branlette ? Oui ! ça va un certain temps

    Mais pour moi, elle me reste dans le cœur

     

    Là je vous dis peut-être des conneries

    Sur mon rapport aux morts, ceux qui me parlent

    Mais ça me tourmente sûrement un peu

    Avec la disparition de ces personnes, celles que j'aime

    Je pense à des morts ! Oui tous ces absents

    Comme tous ceux là, qui sont de ma famille

    Et tous ces amis poètes un monde assez divers

    Tous ceux-là que je fréquentais autrefois

     

    Je ne sais ce que je peux vous dire de plus

    Que la mémoire, elle ne ressuscite pas

    Il  y a bien des gens dans  tous ceux que j'aimais

    et que j'aimerais  bien revoir maintenant

    Ma foi !  certes ; elle n'est pas suffisante

    Pour croire à la résurrection, une croyance  trop commune

    Je sais seulement des choses étranges dans ma vie

    Car elles sont assez bizarres concernant cela

     

    De nos jours les morts, ils ne sont que des absences

    Ils ne sont plus... C'est trop difficile  à croire pour la raison

    Je me dis parfois qu'en moi-même, je pense au vide

    Dans tous mes amours, tous ceux là trop personnels

    Pour moi il me me reste bien de ces choses aimantes

    entre ce présent  de maintenant et  tout le passé vécu

    Ma mémoire sans doute, elle est faites de ces choses

    Celles que j'ai choisies de vivre dans ma vie 

     

    Là ! vous savez peut être !

    Tout ce que je peux  bien

    Vous dire des trucs incroyables

    Tous ces choses de mon passé

    Mais  vous savez pour moi

    De nos jours ce monde change

    ce n'est pas l'histoire,

    il va il vient et il change toujours

     

    Certaines personnes que j'aime

    Comme des sympathies d'autrefois

    elles sont pour moi encore crédibles,,

    dans mon vécus de ces jours présents

    Et oui pour moi, pauvre type du présent

    ces chose extraordinaires, elles peuvent revivre

    dans ce monde vécu et partagés entre nous

    celui où nous vivons sans regarder ailleurs

     

    Mais Je sais trop bien en regardant la vie

    Que je vis dans un monde trop rationnel

    Et qui est surtout très matérialiste

    Il est à savoir des histoire de sous

    Des toutes ces petites choses mal vécues

    La religion ? celle-là que je vis, trop absente !

    Je perds la foi celle de mon passé de ma jeunesse

    Elle est morte par toutes ses absences des curés trop ordinaires

     

    Du moins je vois des manques mal vécus...

    Priez ? oui ! Où et comment, et avec qui?

    Le ciel ! C'est une chose qui devient matérielle... 

    Où sont les anges de la foi ? ceux de la morale !

    Je ne saurais que dire des curés du présent

    Je les trouve trop matérialises et pas vraiment sociaux

    Pour des histoire de sous avant tout, et pas de communauté

    Le pape reste un pape du présent social, Mais pas socialiste

    Car dans sa hiérarchie; il s'en fout, un pouvoir qui lui reste

     

    Peut être ! Priez vous pour ces mêmes choses du quotidien

    Je sais bien que les choses extraordinaires, mais elles disparaissent

    c'est juste une question de foi, il est à savoir; il faut choisir ses amis

    Mais Ne pas tout mettre sur Dieu ! Oui ! Le ciel il est à tout le monde

    Et il n'est pas écrit d'Histoires là haut, Ni sur Dieu, ni sur les anges

    Il me vient des pensées politiques Mais pas d'adhésion à un parti

    J'ignore les politiciens qui disent des pensées pas vraiment choisies

    y aurait il un parti qui nous dise quelques réalités différentes ? Non, Je ne sais pas

     

    Je regarde les myriades d'étoiles celles qui sont à tout là haut 

    En les regardant Je pense aux anges et aux extraterrestres, j

    Mais je ne sais pas vraiment leurs réalités qui seraient partagée 

    Ma foi !  celles que j'avais autrefois, Elle me dit banalement

    Qu'on est certes dans la merde ! Mais qu'il faut aussi ne pas le croire

    Dans mon passé, je savais des choses incroyables, de nos jours, je sais des folies

    il nous faut  changer ce monde, celui là où nous vivons et qui est sans joie

    Et faire un monde plus humain, où l'argent ce n'est pas la manière, de penser ce monde 

     

    Bruno Quinchez Paris le premier mars 2021

    Retravaillé à Paris le 7 et 8 juin 2021

  • Rien...

     

     

     

    Rien...

    Il calculait le nombre de pieds
    Dans tous ses vers très inégaux
    Mais là il ne savait pas vraiment
    Si deux plus deux faisaient bien quatre

    Il ne savait que dire sur nos vies
    Alors il se taisait et il ne disait plus rien
    Tour cela pour le bien que nous désirons
    La vie parfois, elle s'en accommode

    Il y avait des presque riens dans nos vies
    Certains jours, il ne savait que pouvoir ire
    Et il pensait que ce n'était que des riens
    Dans sa vie de poète qui est beaucoup trop bavard

    Comme je descendais cet escalier escarpé
    Le temps qui nous vient et le temps qui passe
    Des enfants rigolards qui disaient des mots incroyables
    Ne pas savoir si nos vies, se sont des vrais bavardages

    Bruno Quinchez Paris le premier juin 2021

  • Des petits riens

     

     

     

    Des petits riens...

    Je me disais, que je suis un gamin tranquille
    Sans vraies envies, de refaire ce monde
    Des petits rien écrits, sans vraies ambitions
    Un poète qui se disait : Demain on verra bien!

    Le silence qui est vu comme un  vrais manque
    Tandis que moi je voyais là, de vrais concurrents
    Pour écrire le poème qui sera vraiment immortel
    En fait ! C'est toutes les choses de la vie qui passent

    Elles me disent : Non Bruno ! Tu n'es pas seul !
    Les poètes qui écrivent, Ils sont tous lus aussi
    Je sais des amis poètes, sur ce site où vous êtes ici

    Deux plus deux font quatre ! Hé alors que dire ?
    Le ciel, il nous dit parfois des choses incroyables..
    Je sais aussi des poètes que je lis sur ce site de TLP

    Bruno Quinchez Paris le samedi 29 mai 2021

  • Des Pluies de Mai

     

     

     

    Des Pluies de Mai...

    Pluie douce du mois de mai tombe dans ma rue
    Elle lave les saletés et toutes choses sans vertu
    Douce pluie pour temps chauds, pluie de printemps
    Plus me plait temps de mai que mauvais temps

    Soleil sourit aussi après l'averse les fleurs épanouies
    Se gonflent de nectar, roses et jonquilles sourient
    La chaleur laisse place à un peu de bonne fraîcheur
    Ce temps que j'aime, Ce temps ne reste que du bonheur

    Et j'oublie les vents mauvais, Tous les tracas quotidiens
    Je pense à tout ce qui me va pour le meilleur bien
    Ma pensée refleurit, elle se gonfle de toute sa sève

    Les S.D.F. n'existent plus, dans ma rue que des humains
    Demain sourit j'espère encore ne voir que lendemains
    Le temps des cerises me donne la force de son rêve

    Bruno Quinchez Paris le 4 mai 2005
    Mis sur le site le 24 mai 2021
    Aujourd'hui, Je trouve ce mois de mai plutôt froid

  • Une machine à Aphorismes

    Une Machine à Aphorismes

    Avec l’alternative d’abolir, il y a la nécessité d’aimer
    Sans la permission d’absoudre, il n’y a l’induction d’innocenter
    Avec la terreur de politiser, il y a la solution d e légiférer
    Sans la force de contester, il n’y a l’intention de progresser

    Avec la contrainte d’abstraire, il y a le choix de comprendre
    Sans la faillite de désespérer, il n’y a l’issue de mentir
    Avec l’insolence d’espérer, il y a le déclic d’exister
    Sans la possibilité d’accomplir, il n’y a le génie de vivre

    Avec la grâce de jubiler, il y a la douceur de jouir
    Sans le plaisir d’aguicher, il n’y a le panache de plaire
    Avec l’envie de fleureter, il y a le dessein de posséder
    Sans l’issue de baiser, il n’y a la volupté de caresser

    Avec la vérité de croire, il y a l’obligation d’argumenter
    Sans la fatuité d’adhérer, il n’y a la gratuité de blasphémer
    Avec la folie d’adorer, il y a le fruit d’idéaliser
    Sans le concept de renier, il n’y a la copie de recréer

    Avec la sagesse d’avouer, il y a la nudité de conter
    Sans la bassesse d’analyser, il n’y a la vanité de créer
    Avec l’habitude d’exténuer, il y a la joie de savoir
    Sans la liberté de blâmer, il n’y a la louange de flatter

    Avec le sentiment de concevoir, il y a le bonheur d’accoucher
    Sans l’intention de fuir, il n’y a la pulsion de renoncer
    Avec le hasard d’écrire, il y a la beauté de relire
    Sans l’erreur de choisir, il n’y a le dilemme d’arranger

    Avec le tact d’approuver, il y a l’occasion de séduire
    Sans l’obligation de noter, il n’y a la contagion de juger
    Avec le travail de préméditer, il y a la sanction d’étonner
    Sans l’ennui d’attendre, il n’y a le temps d’approfondir

    Avec la décision de tutoyer, il y a l'amitié de reconnaître
    Sans la grandeur de voter, il n’y a l’ambiguïté de refuser
    Avec le pouvoir de faire, il y a le devoir de maîtriser
    Sans la peur de mourir, il n’y a l’épouvante de végéter

                     i               ii                              iii                  iv

    Il y a 4x(32x32x32x32+32x32x32+32x32+32) Combinaisons possibles d’aphorismes

    En prenant un choix, I, II, III, IV, dans chaque colonnes...
    Soient 4329600 combinaisons possibles d’aphorismes,
    Tous ces aphorismes ne sont, ni vrais, ni faux mais ils offrent un choix,
    Ils ont l’étrangeté du chaos et la marque de la liberté,
     
    Bruno Quinchez (Morsang sur orge 1990)
    Retravaillé pour la mise en forme Paris le 23 mai 2021

     

  • Des Chiffres

     

     

     

     

    Des Chiffres...

    La mort déguisée en statistiques,
    elle n'a pas l'air anormale
    les statistique qui nous disent beaucoup
    Je ne sais pas ce sera notre demain qui vient

    32851 chômeurs de plus en un seul cycle lunaire
    10 652 056 séropositifs ont fait l'amour avec un préservatif
    230 250 morts de faim pendant la dernière campagne de la croix rouge
    53 prisonniers exécutés d'une balle en chine populaires

    J'entends dire les même chose dans 100% du monde
    Toutes les guerres soient 100% qui ne finissent jamais
    Les soldats enfants c'est maintenant 15% des soldats
    L'Afrique qui reste fragile avec 40% des guerres

    150 235 nouveau-nés dans le monde dans l'heure qui passe
    0 résurrection dans les cinq dernières minute
    30 252 oiseaux morts de la grippe aviaire
    5 humains contaminés par la grippe aviaire

    5 500 000  humains morts du coronavirus
    Des histoires de contagions mal comprises
    le ciel absent chez certains croyants
    Deux plus deux égale quatre dit-on

    7 500 000 001 humains vivants à cette heure
    80 % de la richesse mondiale
    dans les mains de 100 000 hommes les plus riches
    0 % de matière grasse et 100 % de matière grise
    50, 254% des hommes sont des femmes

    125 000 000 de soldats sur terre dont 25% de femmes
    30% en moyenne mondiale pour les budgets de l'armée
    100% des services publics privatisables à moyen termes
    0% de prévisible sur le long terme boursier

    100% de ceux qui ont gagné au loto avait de la chance
    la vie est mortelle 100 % des êtres humains vivants qui seront morts dans 130 ans
    52 % des bébés chinois sont des garçons
    fromage à 65% de matière grasse ça fait grossir

    Des millions de contamination
    Et pas de certitudes sur 100% du le coronavirus de nos jours
    demain reste mal connu donc ça reste à voir
    il parait que 100% des prophéties, elles ne nous disent plus rien

    Bruno Quinchez Paris le 12 décembre 2005
    et remis sur le site Paris le 21 mai 2021

     

  • Propos sur demain...

     

     

     

    Propos sur demain

    Ces lendemains qui nous viennent
    Non là ! vous savez Je ne sais pas trop
    Car cela ça reste à voir et à vivre
    Ce sont des myriades de choses vécues

    Je sais bien qu'il y a plein de truc possibles
    Et là je ne sais pas trop quoi vous en dire
    Le ciel parfois il me dit avec ses myriades
    Cette complexités, celle qui est à vivre

    Pour la mort ! Là je ne sais pas trop
    Je me dis souvent que vouloir vieillir
    C'est se dégrader tous les jours de nos vies
    Non ! Je ne connais pas l'immortalité

    Parfois je me dis que ce qui reste
    Ce sont  tous ces mots que l'on écrit
    Dans des histoires incroyables
    Moi ! J'ignore qui me lira demain

    Le futur c'est bien cette chose
    Qui est non écrite dans nos vies
    et qui est encore à inventer
    Demain qui vient, je ne sais pas trop

    Les quelques myriades de poèmes
    Dans une bibliothèque gigantesque
    Où sont écrites sur du papier
    Toutes ces choses de nos vies

    Bruno Quinchez Paris le 18 mai 2021

  • Amour...

     

     

     

    Amour...

    Qui verse des verres de tendresse ?
    Dans les déserts et la mer,
    C'est cet amour mal connu,

    Comme ces anges déchus,
    Qui traversent dans les chimères?
    Comme les tendres détresses,

    Qui verse des ciels de tristesse ?
    Dans l'océan de l'amer,
    Qu'est le toujours d'une femme disparue,

    Quand le vent du soir souffle,
    Et que souffrent les mots essentiels,
    Et que meurent les fleurs si belles,

    Qui craint la mort qui persifle ?
    Aux petits matins solitaires,
    Pour ce héros lunaire,

    Que serai-je ? Moi ! Un marin fort,
    Qui cherche l'amour dans un port,
    Cette solitude, elle est une douceur amère,

    Et tous ces hommes de chairs,
    Qui parlent dans les chaires,
    De la charité et de la mort,

    Voient venir le vent mauvais,
    Ce sont des poètes du toujours,
    Et c'est, ce poète, pour un jamais,

    Qui parla ? A cette fleur, jadis,
    C'est l'amoureux d'un autre jour,
    C'est le rêveur de cet autre paradis,

    Qui parle à cette heure du jour ?
    C'est l'homme aux abois,
    Car son cœur est soumis,

    Délit d'un non-retour,
    Défaites obscures des gens narquois,
    Défis lumineux d'un affranchi,

    Qui ose le redire... Cet amour infini,
    C'est cet homme, à la vie abrutie,
    Ce mortel aux certitudes dessaisies,

    Le rebelle aux rêves insoumis,
    Et son cœur bat et bondit,
    Pour le reste de sa triste vie,

    Quand te reverrais-je ?
    Combien de fois, te rêverai-je ?
    Quand verrais-je, ce rivage...

    Toi qui ne m'est plus que ce piège,
    Dans cet immense désert vierge,
    Et dans cette pure et claire neige,

    Toi qui ne m'est plus là
    Et tu n'es plus qu'un au-delà,
    Toi qui fus ma Léda

    Te croire, c'est encore cela,
    Toi que je vois, si loin déjà,
    Comme cette oasis, dans ce Sahara !

    Bruno Quinchez Morsang sur/orge mars 1994
    Et mis sur le site TLP le 18 mai 2021

     

  • Quelques Riens...

     

     

     

    Quelques Riens...

    Deux plus deux, parait-il, ça fait quatre
    il est des évidences qui sont mal comprises
    De celles-là qui nous paraissent si évidentes
    Quelques petits riens qui nous parlent au cœur

    De tous ces mots que l'ont dit et qui sont si bavards
    Être ou ne pas être un vrai poète se dire sa vérité
    Le temps qui est celui de lire et vouloir interpréter
    Quelques petites choses bavardes qui font nos vies

    Toutes ces petite choses de nos vies communes
    Celles là, qui nous parlent beaucoup, à nous poètes
    Ce sont des petits riens qui disent des mots tendres
    Savoir dire, je vous aime, sans vraiment s'en soucier

    Pour la vie que nous partageons entre nous tous
    Oui ! Elle nous dit bien ces quelques mots écrits
    Savoir ou se taire? Mais partager ces petits riens:
    Toutes ces choses qui font un poème  tendre

    Des petites choses dans celle que l'on pense écrire
    Mettre dans le manuscrit commun de nos lectures
    Notre choix ! De ces riens qui nous promènent sur internet !
    Comme lire toutes ces choses diverses qui se disent écrites 

    Parfois je vous lis tous vous qui écrivez Ici sur TLP
    Et je vois des appréciations que vous dites sur vous-mêmes
    Mais moi personnellement, je me dis, que je ne sais pas de critique
    Alors je me dis pour moi même que je suis un vrai emmerdeur

    Quelques petits riens, toutes ces choses qui font un petit poème
    La vie reste cette chose mal connue mais qui est  assez  partagée
    Je ne sais pas si un jour, celui qui viendra demain ou bien après
    Il y aura une chose immortelle dans nos vécus que nous vivrons

    Bruno Quinchez Paris le 17 mai 2021

     

     

  • Mois de Mai...

    Mois de Mai

    Là ! Nous sommes en mai, c'est certain nous le vivons
    Ce mois qui passe, mais moi je le trouve assez frais
    Il y a des temps plus chauds qui sont espérés demain
    mais je sais pas prévoir pour la météo de ce mois

    Dans le gazon toutes les fleurs qui sont épanouies
    Elles me disent ce printemps, celui qui est bien là
    Je regarde ce gazon, il est plein de fleurs blanches
    Mes voisins des gens bien vivants, ils vont sur ce gazon

    Avant hier, j'ai vu un sportif qui était là très imposant
    Il a fait plein de mouvements divers et variés sur le gazon
    Cela pendant un long moment, mettons quatre heures
    Je l'ai vu avant hier mais depuis ce moment, je ne le vois plus

    Je me dis que pour chacun sa vie c'est son vécu personnel
    Être ou ne pas être un sportif qui se dépense à fonds
    Moi Perso, je ne sors même pas et je dors assez souvent
    Les oiseaux que j'entends,ils me disent leurs existences

    Ce mois qui passe dans le monde du corona-Virus
    je ne sais pas trop toutes ces choses qui nous sont dites
    peut être vouloir vivre trop seul face a cette maladie
    Le temps qui passe, pour mou ce n'est pas la vie qui va

    Juin arrive dans 15 jours... j'aimerais les chaleurs de juin
    Le ciel parfois n'est pas prévisible, alors on verra bien ce temps
    Quelques enfants qui iront se promener sur les plages ouvertes
    je sais que je resterais chez moi dans ce monde qui est trop banal


    Bruno Quinchez Paris le 16 mai 2021

  • Réponse à Bibi

    Réponse à Bibi

    Là ! Des lumières sur le temps qui passe
    se dire que parfois nous rêvons très fort
    Dans un monde où la raison  elle s'impose
    Quelques petits riens qui nous étonnent

    Aimez ce monde surréel et pouvoir inventer
    Et dire des mots sui sont dans notre tête
    La lumière des rêves tout ceux qu'on écrit
    se dire que eux plus deux font bien quatres

    Regardez ces dessins que bibi nous a mis
    Ne pas douter des peintres qui sont de la bas
    La  joie qui nous venait sans les jugement

    Hier les poèmes, ils étaient très écrits
    La vie nous enseigne des trucs marrants
    Et le ciel nous dit que la lumière est partout

    Bruno Quinchez Paris le 14 mai 2021